Aller au contenu principal

« Il faut valoriser la proximité produit/services » estime Olivier Clanchin

Comment les entreprises agroalimentaires bretonnes s'adaptent-elles à la volatilité des cours des matières premières ? Analyse d'Olivier Clanchin, président de Triballat Noyal.

L'évolution des cours des matières premières a de lourdes conséquences pour les entreprises agroalimentaires. « Les négociations annuelles avec les distributeurs sont ardues. Il est difficile de répercuter une hausse des matières premières alors que la répercussion est immédiate en cas de baisse », a témoigné Olivier Clanchin, président de Triballat Noyal et de l'Association bretonne des entreprises agroalimentaires (ABEA), lors du Carrefour des matières premières co-organisé au Space par Nutrinoë et Feedsim Avenir. « Jusqu'en 2007, l'augmentation des volumes permettait de compenser la baisse des marges, qui ont été divisées par deux en vingt ans. Mais depuis 2007, les volumes n'augmentent plus et il n'y a plus d'économies d'échelle possibles.


Les entreprises mutualisent leurs achats pour réduire les coûts


Les entreprises doivent donc trouver de nouveaux mécanismes et s'approcher des vraies attentes des consommateurs. La concentration constatée actuellement en lait est une solution. Une autre voie est la mutualisation des achats. Le GIE Maîtres Salaisonniers Bretons, créé par des salaisonniers mais qui regroupe aujourd'hui quatorze entreprises de secteurs divers, dont Triballat, permet de mutualiser les achats de matières premières, emballages, services et ainsi de faire des économies.
Les entreprises doivent aussi créer de la valeur par l'innovation et la proximité produits/services. « Le centre culinaire contemporain créé à Rennes dans une logique de proximité est un bon exemple. Il permet de cerner les attentes des consommateurs, d'imaginer de nouveaux produits et de rapprocher tous les acteurs de la filière, poursuit Olivier Clanchin. Il est possible aussi d'amener ses fournisseurs dans l'entreprise, ce qui limite les coûts de transport, les problèmes de stocks, ou encore de travailler comme co-traitant d'une entreprise voisine. » Triballat fabrique désormais la béchamel dont a besoin une entreprise agroalimentaire voisine. « Il est important aussi de ne rien jeter, de valoriser toutes les matières premières, comme avec le cracking du lait par exemple, et de valoriser aussi les rejets. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière