Aller au contenu principal

"Il faut saisir l'opportunité de renforcer les OP"

Frédéric Courleux, Agriculture et stratégie:"La Commission propose d'étendre à tous les secteurs agricoles, le dispositif qui existe déjà pour les OP fruits et légumes."
© A.Conté

Pour Frédéric Courleux, agro-économiste pour le laboratoire d'idées Agriculture et stratégies, la prochaine PAC donne l'espoir d'avoir des outils pour concentrer les organisations de producteurs et les rendre plus incontournables. "La Commission européenne propose d'étendre à tous les secteurs agricoles, la logique des 'interventions sectorielles', a-t-il rappellé lors de l'AG de FMB Normandie. Ce dispositif existe déjà pour les OP fruits et légumes et la viticulture. Il incite la constitution et le financement des OP, le plus souvent des coopératives, pour exercer différentes missions : gestion des risques, planification de la production et ajustement de la production à la demande. Dans la règlementation actuelle, les OP doivent proposer et mettre en œuvre des programmes opérationnels (de 3 à 7 ans) qui leur permettent de faire financer jusqu'à 50% des actions choisies dans la limite de 5% de la valeur des produits commercialisés.

Un outil proposé dans la prochaine PAC

Frédéric Courleux estime que les coopératives laitières françaises devraient elles aussi s'y intéresser."Elles auraient deux options. Soit elles pourraient organiser, par bassin, leur rapprochement avec les OP existantes de manière à intégrer progressivement les producteurs de ces dernières comme coopérateurs." Elles pourraient ainsi être en mesure de négocier des contrats d'approvisionnement des autres transformateurs, avec un rapport de force équilibré. "Soit elles laisseraient des OP se constituer en leur sein. Et ces OP en rejoindraient d'autres au sein d'associations d'OP. Ces structures pourraient alors se spécialiser dans la planification de la production, et les coopératives se spécialiseraient alors dans leurs activités de transformation." Dans les deux cas, l'opération serait structurante pour tous les producteurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Les incertitudes - météo, Covid-19, demande chinoise - pèsent sur les équilibres des marchés laitiers.
Les prix des produits laitiers très élevés en octobre novembre
Les cotations de beurre, crème, poudre de lait, de lactosérum, fromages européens... affichaient des niveaux particulièrement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière