Aller au contenu principal

Hors Synutra, le résultat de MLC est en hausse

Une provision de 9,59 millions d'euros a plombé le résultat net 2017-2018 du groupe Maîtres laitiers du Cotentin. 

Avec toutes les questions légitimes que l'affaire Synutra (lire p. 8) a suscité auprès des adhérents de la coopérative des Maîtres laitiers du Cotentin, l'assemblée générale de cette campagne 2017-2018 a été fermée aux personnes extérieures. "Une petite centaine de délégués ont voté les résolutions à l'unanimité. Les administrateurs à renouveler ont été réélus à l'unanimité ou presque. Cela témoigne de la confiance que les délégués accordent aux administrateurs. Si cela n'avait pas été le cas, je n'aurais pas pu rester président de la coopérative", a témoigné ému Christophe Levavasseur, président des MLC, lors de la conférence de presse organisée le lendemain de l'AG.

Un prix moyen payé de 356 €/1000 l sur 2017-2018

Hors affaire Synutra, le résultat du groupe a atteint 10,88 millions d'euros (0,5% du CA), contre 2,7 M€ l'an dernier et 13,2 M€ deux ans auparavant. L'EBE est de 79,19 M€, pour un chiffre d'affaires de 1,98 milliard d'euros. Mais MLC a émis une facture de pénalités à Synutra pour "non atteinte des objectifs de vente fixés par le contrat sur la première année d'activité". "Cette facture, Synutra ne l'a pas réglée. Par prudence nous avons provisionné son montant dans nos comptes", expose Guillaume Fortin, directeur général de la coopérative et du réseau France Frais. Avec cette provision, le résultat net tombe à 1,3 million d'euros. Le prix de base standard était de 313 €/1000 l sur 2017-2018. En ajoutant la qualité, les compléments, l'intérêt aux parts sociales, le prix payé moyen a atteint 356 €/1000 l, contre 347 € la campagne précédente.

Lait de pâturage et bio pour se diversifier

MLC a de nombreux projets en cours. Sa marque Campagne de France commence son déploiement en grande surface avec Système U sur un tiers de la France, après avoir démarré avec la restauration hors foyer. "Il y a eu des investissements aux fromageries Réaux, et de nouveaux produits seront lancés dans les semaines à venir pour diversifier la gamme et augmenter les ventes, notamment en beurre et fromage frais pour le marché français et l'export". MLC prévoit une progression du marché fromages frais en lait de pâturage pour l'Europe du Nord. "Nous avons déjà audité environ 80 exploitations sur ce cahier des charges". Enfin, la coopérative a démarré une collecte bio cet été avec quelques exploitations.

Collecte de 431,4 millions de litres ; 769 exploitations bas-normandes ; 1 188 producteurs.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
 © J.-M. Nicol
Pas de chaleurs visibles sur mes vaches : que se passe-t-il ?
Les vaches ne parviennent-elles pas à exprimer leur comportement sexuel ou bien oublient-elles vraiment de venir en chaleur ?
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière