Aller au contenu principal
Font Size

Heureux d'être en Cuma !

Découvrez treize exemples de Cuma bien organisées qui témoignent de la vitalité et de l’inventivité des groupes.

Favoriser l'adhésion des jeunes
Favoriser l'adhésion des jeunes
© FDCuma81

Les Cuma se portent plutôt bien. Alors que le nombre d’agriculteurs ne cesse de diminuer, le nombre d’adhérents se maintient.

11500 Cuma (1) regroupent 40 % des exploitations, voir même jusqu’à 75 % dans certaines régions! Ces coopératives sont plus nombreuses dans les zones d’élevage, notamment dans l’Ouest, le Massif central ou le Sud-Ouest. Quelques chiffres traduisent leur forte implication en élevage : 36 % des ensileuses et 31 % des épandeurs à fumier par exemple sont achetés par des Cuma, 47 % des Cuma détiennent un épandeur…

Leur activité est en croissance: avec une moyenne de 45 000 euros de chiffre d’affaires par coopérative. Et elles sont de plus en plus nombreuses (15 %) à employer des salariés pour alléger le travail de leurs adhérents.

Les Cuma sont un fort levier d’amélioration de la rentabilité. Mais pas seulement. Elles permettent d’innover, d’expérimenter, de partager les risques… Ce sont aussi des groupes d’agriculteurs solidaires qui s’entraident.

Dans notre dossier, certaines Cuma ont une organisation très poussée, comme la Cuma des villages dans la Somme. La Cuma de Lescheroux, dans l’Ain, ose ce que personne n’a jamais fait: investir dans un séchoir collectif. D’autres encore s’organisent autour d’un matériel très performant. Pour tous ou presque, le groupe est source d’échange de pratiques et de progrès.

Les Cuma ont un bel avenir devant elles. À deux conditions: ne pas laisser l’individualisme prendre le dessus, avec des adhérents de plus en plus consommateurs- zappeurs ne regardant que le prix de facturation. Et convaincre les jeunes d’adhérer et de s’investir dans ces coopératives.

(1) FNCuma - enquête 2011.

au SOMMAIRE du dossier

Page 30 : Une Cuma et ses six filiales - Dans la Somme

Page 32 : Le pressage du foin délégué - Dans l’Aveyron

Page 33 : Une aire de lavage collective - Dans l’Ain

Page 34 : Un pulvérisateur pour six agriculteurs - Dans le Finistère

Page 36 : Favoriser l’implication des jeunes - En Vendée

Page 38 : Une dérouleuse de barbelés en Intercuma - Dans la Sarthe

Page 40 : Un logiciel  pour réserver le matériel - Dans le Tarn

Page 42 : Une unité de séchage collectif - Dans l’Ain

Page 44 : Des échantillonneurs de lait partagés - En Vendée

Page 45 : Une piscine pour 2 350 vaches - En Seine-Maritime

Page 46 : Une Cuma matériel-banque de travail - Dans le Sud-Ouest

Page 47 : Une autochargeuse pour les couverts - Dans la Sarthe

Page 47 : Un groupement d’employeurs au sein de la Cuma - Dans l’Ain

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière