Aller au contenu principal

Heureux d'être en Cuma !

Découvrez treize exemples de Cuma bien organisées qui témoignent de la vitalité et de l’inventivité des groupes.

Favoriser l'adhésion des jeunes
Favoriser l'adhésion des jeunes
© FDCuma81

Les Cuma se portent plutôt bien. Alors que le nombre d’agriculteurs ne cesse de diminuer, le nombre d’adhérents se maintient.

11500 Cuma (1) regroupent 40 % des exploitations, voir même jusqu’à 75 % dans certaines régions! Ces coopératives sont plus nombreuses dans les zones d’élevage, notamment dans l’Ouest, le Massif central ou le Sud-Ouest. Quelques chiffres traduisent leur forte implication en élevage : 36 % des ensileuses et 31 % des épandeurs à fumier par exemple sont achetés par des Cuma, 47 % des Cuma détiennent un épandeur…

Leur activité est en croissance: avec une moyenne de 45 000 euros de chiffre d’affaires par coopérative. Et elles sont de plus en plus nombreuses (15 %) à employer des salariés pour alléger le travail de leurs adhérents.

Les Cuma sont un fort levier d’amélioration de la rentabilité. Mais pas seulement. Elles permettent d’innover, d’expérimenter, de partager les risques… Ce sont aussi des groupes d’agriculteurs solidaires qui s’entraident.

Dans notre dossier, certaines Cuma ont une organisation très poussée, comme la Cuma des villages dans la Somme. La Cuma de Lescheroux, dans l’Ain, ose ce que personne n’a jamais fait: investir dans un séchoir collectif. D’autres encore s’organisent autour d’un matériel très performant. Pour tous ou presque, le groupe est source d’échange de pratiques et de progrès.

Les Cuma ont un bel avenir devant elles. À deux conditions: ne pas laisser l’individualisme prendre le dessus, avec des adhérents de plus en plus consommateurs- zappeurs ne regardant que le prix de facturation. Et convaincre les jeunes d’adhérer et de s’investir dans ces coopératives.

(1) FNCuma - enquête 2011.

au SOMMAIRE du dossier

Page 30 : Une Cuma et ses six filiales - Dans la Somme

Page 32 : Le pressage du foin délégué - Dans l’Aveyron

Page 33 : Une aire de lavage collective - Dans l’Ain

Page 34 : Un pulvérisateur pour six agriculteurs - Dans le Finistère

Page 36 : Favoriser l’implication des jeunes - En Vendée

Page 38 : Une dérouleuse de barbelés en Intercuma - Dans la Sarthe

Page 40 : Un logiciel  pour réserver le matériel - Dans le Tarn

Page 42 : Une unité de séchage collectif - Dans l’Ain

Page 44 : Des échantillonneurs de lait partagés - En Vendée

Page 45 : Une piscine pour 2 350 vaches - En Seine-Maritime

Page 46 : Une Cuma matériel-banque de travail - Dans le Sud-Ouest

Page 47 : Une autochargeuse pour les couverts - Dans la Sarthe

Page 47 : Un groupement d’employeurs au sein de la Cuma - Dans l’Ain

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière