Aller au contenu principal

Lait de montagne
Gérer et reconquérir les marchés


Première préoccupation de la filière soulevée dans le plan stratégique : préserver l´équilibre des marchés. Le dégagement des excédents de lait restera nécessaire. Aujourd´hui, il se fait par défaut. L´idée serait de « stocker du lait et le reporter dans le temps » via des fromages de garde hors appellations (emmental, gruyère) qui pourraient passer, si nécessaire, au râpé ou à la fonte. « Structurellement, ce serait une moins mauvaise sous-valorisation des laits excédentaires que la poudre, explique Patrick Ramet. Il faut faire jouer à ces fromages un rôle de régulation ». Des produits à cycle d´affinage court comme le reblochon et la tomme devront aussi se poser la question de la saisonnalité de la production de lait.
Il est vital d´adapter les fromages aux nouveaux modes de consommation. ©B. Griffoul

Répondre aux nouvelles attentes
Deuxième volet du plan stratégique : « la reconquête des marchés ». Pas question de déroger au positionnement haut de gamme. Mais il est vital d´adapter les fromages aux nouveaux modes de consommation. « Le challenge, c´est d´être capable de faire de la valeur ajoutée avec ces produits-là. » Le râpé composé d´un mélange des quatre pâtes dures (abondance, beaufort, emmental, gruyère) semble porteur, par exemple. Le portionnement sera aussi un défi à relever, tant sur le plan technologique que réglementaire. Plusieurs cahiers des charges n´autorisent pas, du moins en dessous d´un certain poids, la présentation en portions. L´export fait également partie des voies à creuser. Reste enfin la communication, « une arme essentielle ». Jusqu´à présent, les fromages de Savoie n´ont pas beaucoup joué sur ce terrain-là, se satisfaisant d´un environnement porteur . Le CIELS entend bâtir une stratégie cohérente de communication à l´échelle de la Savoie et faire évoluer l´image des fromages pour prendre en compte les nouvelles attentes de la société : environnement, plaisir.
Le troisième axe du plan stratégique porte sur l´adaptation des producteurs au nouveau contexte ainsi que sur la restructuration et la viabilité des exploitations. Se pose notamment la question de la compatibilité des évolutions technico-économiques des exploitations par rapport aux positionnement des produits. L´augmentation de la taille des troupeaux est-elle conciliable avec le pâturage ? Quelle place pour les robots de traite dans des appellations d´origine ? Un gros travail est à engager sur l´efficacité économique. Le CIELS a mis sur la table l´enjeu de la pression foncière, particulièrement forte en Savoie.
Aider la production à s´adapter
Le CIELS a fait enfin le constat que les producteurs sont de plus en plus éloignés de la réalité des filières fromagères. Dans son plan stratégique, il prévoit un quatrième volet destiné à « impliquer les producteurs ». A savoir les informer de façon régulière pour leur faire partager l´analyse de la situation et les choix stratégiques. Mais aussi les « former de nouveau à leur métier de producteur de lait à fromages » ou encore « les former à communiquer sur leur métier ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière