Aller au contenu principal

Génomique : la sélection à grande vitesse

La génomique permet de connaître la valeur d’un animal dès la naissance, aussi bien pour les mâles que pour les femelles. Elle révolutionne les pratiques de sélection et accélère le progrès génétique.

Connaître la valeur génétique d’un animal à partir d’un simple échantillon de sang : plusieurs générations de généticiens qui ont conçu et amélioré les lourds programmes de sélection basés sur le testage sur descendance, en auraient rêvé. Les chercheurs en génomique animale l’ont fait.

Les trois principales races bovines laitières (Holstein, Montbéliarde, Normande) sont les premières à en bénéficier. Depuis deux ans, les éleveurs peuvent acheter des semences de taureaux génomiques évalués dès leur naissance avec un degré de fiabilité équivalent à celui des reproducteurs en début de testage. Des taureaux dont les semences sont mises sur le marché dès l’âge de 15 mois, alors qu’il fallait attendre qu’ils aient 5 ou 6 ans auparavant.

Et voilà que, depuis quelques semaines, les éleveurs peuvent faire évaluer leurs femelles avec la même fiabilité que les taureaux. Si ce n’est pas une révolution, ça y ressemble fort.

La sélection génomique n’a pas fini de nous étonner. Comme le TGV a changé le rapport au territoire, l’accélération de la sélection animale, avec des générations de jeunes taureaux qui vont se succéder à un train d’enfer, modifie en profondeur aussi bien le métier des entreprises de sélection que les pratiques des éleveurs. Le testage touche à sa fin. De nombreux services, comme le contrôle de performance, vont s’en trouver bousculés. Ce doublement du progrès génétique permis par la sélection génomique, la possibilité de sélectionner de nouveaux caractères difficiles à indexer auparavant, notamment fonctionnels, qui mettront entre les mains des éleveurs des vaches plus faciles à élever, portent à l’enthousiasme.

Néanmoins, « attention à la manière dont la génomique sera utilisée », avertit Vincent Ducrocq, chercheur à l’Inra. Veillons à ne pas retomber dans le « star system » qui se cristallisait autour de quelques taureaux phares. Sinon, gare à la variabilité génétique.

Mais ne boudons pas notre plaisir. La méthode de sélection génomique développée par la recherche française est reconnue comme l’une des plus fiables au monde. Elle est le fruit d’une longue collaboration entre la recherche publique française, l’Inra, et les entreprises de sélection fédérées au sein de l’Unceia. Un partenariat que beaucoup nous envient.

Sommaire

P 28 : La génomique révolutionne les pratiques de sélection
P 32 : Pour les entreprises de sélection : le testage fait place au génotypage
P 36 : Pour les éleveurs, deux conséquences : un choix de taureaux à donner le tournis et les index femelles connus dès la naissance
P 42 : L’enjeu politique : interview de Michel Cetre, président de l’UNCEIA

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière