Aller au contenu principal

Gea Farm Technologies : réduire le temps consacré aux vaches laitières

Les membres de la SCL : Jacques Coquelin, Audrey Jourdan, Jean-Charles, Thomas et Jacqueline Coquelin
Les membres de la SCL : Jacques Coquelin, Audrey Jourdan, Jean-Charles, Thomas et Jacqueline Coquelin
© L.Vimond

Consacrer moins de 20 h par vache laitière et par an : tel est le but du système Dairy Farm Motion. S'articulant autour d'un robot, d'un roto ou d'une installation de traite classique, ce système se compose d'un système de tri piloté par un logiciel Dairy Plan. L'éleveur peut piloter plusieurs lots de vaches, en isoler dans plusieurs zones de séparation distinctes, tout en passant par la même installation de traite. Automatisée et pilotée à distance via internet, ce système vise à réduire de façon drastique les temps consacrés à la manipulation des animaux (maladie, première traite, insémination, contrôle gestation, tarissement, parage, etc.). Pouvant s'adapter sur des installations existantes, cette solution permet de réorganiser des bâtiments par zones de besoins physiologiques et par zones de travail.

 

 

L'exemple de la SCL Actel

 

Localisée à Courson, dans le Calvados, la SCL Actel se compose de Jacques et Jacqueline Coquelin, ainsi que de leurs enfants, Jean-Charles Coquelin, occupé à plein temps par un atelier de poules pondeuses, Audrey Jourdan, et bientôt Thomas Coquelin. Ce dernier augmentera le troupeau laitier à 240 vaches. Les nouvelles venues prendront la place des génisses, dans les logettes attenantes à celles des vaches laitières. Depuis plusieurs années, l'exploitation a séparé le troupeau laitier en deux lots, afin de réduire les coûts d'alimentation (aujourd'hui 23 et 30 kg d'aliments selon le lot). La composition de chaque lot changeant en permanence demande beaucoup de temps de manipulation. C'est pourquoi lors du changement d'installation de traite (d'une 2 x 6 à un robot MiOne trois stalles) en 2012, les associés ont été séduits par la solution Dairy Farm Motion. « Les vaches se mélangent entre elles dans l'aire d'attente avant de passer au robot, explique Audrey Jourdan. Puis, elles sont triées en sortie de traite et retournent dans leur lot respectif. Il n'y a plus de conflit lorsque que l'on passe une vache d'un lot à un autre. » De plus, l'exploitation peut isoler des vaches dans deux aires paillées (l'une pour les fraîches vêlées, l'autre pour les vaches sous traitement) ou dans une zone à 20 logettes, pour l'insémination ou le contrôle de gestation.

Le passage à la combinaison robot-tri automatisé a permis de réduire de façon drastique le temps consacré par vache laitière et par an, passant, pour un troupeau de 150 vaches en lactation de 29,5 à 19 heures, soit de 2,5 à 1,6 UTH. L'intégration de 50 vaches laitières supplémentaires et l'installation d'une quatrième stalle sur le robot d'ici la fin mars devraient monter le nombre d'UTH à 2, tout en réduisant encore le temps par vache  à 15 h/an.

Le temps de traite a été converti en un temps d'observation (sur ordinateur et in situ) plus réduit. « Je passe 1 à 1,5 heure par jour sur l'ordinateur, détaille Audrey Jourdan, et je consacre plus de temps aux vaches qui en le plus besoin. »

Enfin, la détection des chaleurs permise par la mesure d'activité de chaque vache, grâce à un capteur sur le collier permet de rien louper : l'isolement de l'animal s'effectue désormais par un simple clic sur le logiciel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière