Aller au contenu principal

Gaz à effet de serre: la pression monte

Si l’on veut contenir le réchauffement climatique, il faut agir vite en réduisant les émissions de gaz à effets de serre dans l’atmosphère. Dans un contexte réglementaire en évolution, l’élevage a des atouts pour relever ce défi.

© J.-M. NICOL

Réchauffement climatique, accord de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), Grenelle de l’environnement, conférence de Copenhague, 2010 année mondiale de la biodiversité… l’environnement, troisième pilier du développement durable, s’invite de plus en plus dans les débats politiques nationaux et internationaux. Et pour cause ! Il y a urgence. « Le changement climatique est un défi très important pour deux raisons. D’une part, l’effort de réduction des émissions de GES doit être très important et, d’autre part, il va falloir aller très vite, explique Jérôme Mousset, chef du service agriculture et forêt de l’Ademe. Selon les scénarios du Giec(1), plus on prendra de retard sur la réduction des émissions de GES à l’échelle de la planète, plus le réchauffement sera important. Si l’on veut limiter le réchauffement climatique à 2°C, il va falloir absolument atteindre le pic des émissions de GES autour de 2015. »

Et pourquoi faut-il limiter le réchauffement à 2°C ? Parce qu’au-delà, « l’impact sur l’agriculture et la biodiversité risque d’être très important », prévient Jérôme Mousset. «Même avec les efforts de réduction de GES, la planète va continuer à se réchauffer. Il sera donc nécessaire d’adapter les exploitations agricoles à l’évolution du climat. Et comme nous avons beaucoup d’incertitudes quant à son évolution et ses répercussions, il est nécessaire de rechercher une diversité des systèmes de production pour avoir le plus de chance de trouver le mode d’élevage qui conviendra le mieux au changement de climat et aux conditions locales. »

L’échec, en décembre dernier, du Sommet de Copenhague illustre la difficulté de se mettre d’accord au plan international sur des mesures de régulation des émissions de GES à cause de leurs répercussions possibles sur le développement économique. Pour autant, des initiatives se développent. Par exemple, avec le « Paquet énergie-climat », l’Union européenne s’est engagée à réduire de 20 % ses émissions de GES en 2020 par rapport à 1990.

La France s’est fixé l’objectif de réduire par quatre ses émissions de GES d’ici 2050 par rapport à 1990. La contribution de l’agriculture, et en particulier de l’élevage bovin, est potentiellement très importante grâce notamment au stockage du carbone sous prairie.

Aujourd’hui, les objectifs de réduction des émissions de GES sont connus. Quelle sera la part d’effort réclamée à l’agriculture ? Rien n’est encore décidé. Mais déjà, l’affichage environnemental des produits voulu pour 2011 par le Grenelle de l’environnement aura un impact certain sur l’image des produits laitiers et de la viande bovine auprès des consommateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière