Aller au contenu principal

Gaz à effet de serre: la pression monte

Si l’on veut contenir le réchauffement climatique, il faut agir vite en réduisant les émissions de gaz à effets de serre dans l’atmosphère. Dans un contexte réglementaire en évolution, l’élevage a des atouts pour relever ce défi.

© J.-M. NICOL

Réchauffement climatique, accord de Kyoto sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), Grenelle de l’environnement, conférence de Copenhague, 2010 année mondiale de la biodiversité… l’environnement, troisième pilier du développement durable, s’invite de plus en plus dans les débats politiques nationaux et internationaux. Et pour cause ! Il y a urgence. « Le changement climatique est un défi très important pour deux raisons. D’une part, l’effort de réduction des émissions de GES doit être très important et, d’autre part, il va falloir aller très vite, explique Jérôme Mousset, chef du service agriculture et forêt de l’Ademe. Selon les scénarios du Giec(1), plus on prendra de retard sur la réduction des émissions de GES à l’échelle de la planète, plus le réchauffement sera important. Si l’on veut limiter le réchauffement climatique à 2°C, il va falloir absolument atteindre le pic des émissions de GES autour de 2015. »

Et pourquoi faut-il limiter le réchauffement à 2°C ? Parce qu’au-delà, « l’impact sur l’agriculture et la biodiversité risque d’être très important », prévient Jérôme Mousset. «Même avec les efforts de réduction de GES, la planète va continuer à se réchauffer. Il sera donc nécessaire d’adapter les exploitations agricoles à l’évolution du climat. Et comme nous avons beaucoup d’incertitudes quant à son évolution et ses répercussions, il est nécessaire de rechercher une diversité des systèmes de production pour avoir le plus de chance de trouver le mode d’élevage qui conviendra le mieux au changement de climat et aux conditions locales. »

L’échec, en décembre dernier, du Sommet de Copenhague illustre la difficulté de se mettre d’accord au plan international sur des mesures de régulation des émissions de GES à cause de leurs répercussions possibles sur le développement économique. Pour autant, des initiatives se développent. Par exemple, avec le « Paquet énergie-climat », l’Union européenne s’est engagée à réduire de 20 % ses émissions de GES en 2020 par rapport à 1990.

La France s’est fixé l’objectif de réduire par quatre ses émissions de GES d’ici 2050 par rapport à 1990. La contribution de l’agriculture, et en particulier de l’élevage bovin, est potentiellement très importante grâce notamment au stockage du carbone sous prairie.

Aujourd’hui, les objectifs de réduction des émissions de GES sont connus. Quelle sera la part d’effort réclamée à l’agriculture ? Rien n’est encore décidé. Mais déjà, l’affichage environnemental des produits voulu pour 2011 par le Grenelle de l’environnement aura un impact certain sur l’image des produits laitiers et de la viande bovine auprès des consommateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière