Aller au contenu principal
Font Size

Gare au sous-dimensionnement de votre pré-refroidisseur

La taille de votre équipement est-elle encore adaptée à l'évolution de votre élevage ? Cette question est loin d'être anodine si l'on se réfère aux résultats d'une enquête du GIE Elevages de Bretagne.

Les modèles à plaques et certains modèles tubulaires ont l'avantage d'être modulables et de pouvoir s 'adapter à une augmentation de production laitière.
Les modèles à plaques et certains modèles tubulaires ont l'avantage d'être modulables et de pouvoir s 'adapter à une augmentation de production laitière.
© GIE Elevages de Bretagne

Depuis 2009, le GIE et ses partenaires(1) mènent le programme régional « Eco énergie lait » afin de favoriser les économies d'énergie dans les exploitations laitières bretonnes via l'installation de prérefroidisseurs ou de récupérateurs de chaleurs. Quelque 1 700 élevages bretons sont engagés dans l'installation de ce type d'équipements. Dans le cadre d'une évaluation du programme, plusieurs enquêtes ont été réalisées. L'une d'entre elles visait les éleveurs équipés d'un prérefroidisseur. « Les trois quarts des éleveurs (340 réponses) ayant installé un prérefroidisseur ont opté pour un système tubulaire et le quart restant pour un système à plaques », souligne Coline Willame, en charge de l'enquête. Et la grande majorité (87 %) sont « satisfaits de l'installation de leur matériel et estiment avoir été bien conseillés ». Outre les économies d'énergie, « 8 % des éleveurs ont constaté une amélioration de la lipolyse ».

Reste que le contexte évolue. Ainsi, 81 % des 140 exploitations équipées d'un pré-refroidisseur depuis plus de deux ans, ont indiqué avoir augmenté leur production laitière. Et cette augmentation « se chiffre en moyenne à plus de 72 000 litres produits par an, soit environ 200 litres supplémentaires produits par jour », indique Coline Willame.

Un impact sur le débit du lait arrivant dans le tank

Autre constat : 17 % de ces éleveurs ont également modifié leur machine à traire, pour la majorité en augmentant le nombre de postes. « Ces deux évolutions impactent le débit de lait arrivant dans le tank lors de la traite et influencent donc les performances du prérefroidisseur ». Or, aucun éleveur ayant répondu à l'enquête n'a changé son prérefroidisseur. Plus des deux tiers considèrent qu'il est toujours correctement adapté à leur exploitation. Mais ils ne sont que 18 %  à utiliser « un réel moyen d'appréciation des performances de leur équipement (utilisation d'un thermomètre...) ».

Compte tenu de ces résultats, le GIE Elevages de Bretagne insiste sur la nécessité de prendre en compte les évolutions possibles de votre exploitation. Le bon dimensionnement du prérefroidisseur « assurera les performances du matériel dans le temps ».

 

(1) Programme d'installations de prérefroidisseurs ou récupérateurs de chaleur, avec le soutien de l'Ademe, la région et des conseils généraux.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière