Aller au contenu principal

Garderons-nous un service mutualisé d’évaluation génétique ?

Règlement zootechnique européen. Certaines races s’orientent vers plusieurs Organismes de sélection (OS). Seront-ils capables de mutualiser l’évaluation génétique ?

Le Règlement zootechnique européen oblige tous les États membre à se fondre dans un même moule, basé sur des Organismes de sélection (OS) qui auront la main sur tout : du schéma de sélection au contrôle de performances. La construction de ces OS est en route. Les entreprises de conseil en élevage (Ecel) se préparent à être prestataires de services de ces futures OS pour le contrôle de performances.” Nous aurions souhaité avoir une OS par race, explique Serge Bazin, directeur de France conseil élevage. Mais on s’oriente vers une structuration des OS autour des unités de sélection", avec probablement trois OS en race Prim’Holstein (autour d’Évolution, Gènes diffusion et Prim’Holstein France), deux en Montbéliarde et en Charolaise… L’une des questions centrales pour demain concerne donc l’évaluation et l’indexation génétique. La réglementation actuelle la confie à l’Inra. À partir du 1er novembre 2018, date d’entrée en application du texte européen, ce sont les OS qui auront la main. Seront-elles capables de la mutualiser ?

Les entreprises de conseil en élevage devront choisir

Au niveau professionnel, la réflexion est sous l’autorité de la CNE (Confédération nationale de l’élevage). Comment va se réorganiser l’interprofession génétique (France génétique élevage) ? Il va falloir réinventer des modalités d’évaluation avec un jeu d’acteurs (Inra, Institut…) “La CNE dispose d’un atout maître en faveur d’une mutualisation de l’évaluation génétique : les 3 millions d’euros qu’elle apporte actuellement”, souligne Serge Bazin.

En ce qui concerne le contrôle de performances, France conseil élevage espère garder un seul système de management de la qualité. Mais la multiplication des OS dans certaines races ne sera pas sans poser un dilemme à ses adhérents : "les Ecel vont devoir choisir l’OS avec laquelle elles travailleront”. La plupart des OS auront une dimension nationale. C’est donc une révolution pour les Ecel qui historiquement se sont partagées le territoire et le respectent. « Si un éleveur veut travailler avec Gènes diffusion et son voisin avec Évolution, cela se traduira par deux voitures d’agents de pesée qui circuleront sur la même route. Pas sûr que ce soit économiquement le plus pertinent. » Autre conséquence : la pression à la restructuration des Ecel va s’accentuer.

Le marché sera à l’OS qui aura le meilleur rapport qualité/prix

Autre question centrale pour France conseil élevage : allons-nous garder ou non un service public de contrôle de performance avec des règles du jeu communes ? La réponse sera dans le nouveau Code rural que l’État est en train de revoir de fond en comble pour répondre aux exigences du Règlement européen. L’ensemble des textes devraient être prêts fin 2017, pour que l’État soit en mesure d’agréer les OS le 1er novembre 2018. Les OS devront en effet déposer une demande d’agrément dans chacun des 28 États membre où elles souhaitent intervenir.

"Le règlement européen nous fait passer d’un modèle administré à un modèle économique entrepreneurial. Celui qui aura le marché, sera celui qui aura le meilleur rapport qualité prix, conclut Serge Bazin. Dans cette compétition mondiale, les entreprises de sélection françaises seraient plus fortes si elles avaient fait le choix d’une OS par race.” C’est ce qu’ont fait les Allemands et les Hollandais.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière