Aller au contenu principal

Pierre-Louis Gastinel, animateur de FGE (1)
Garantir le libre accès à une génétique améliorée

Créée en mai 2006, l´interprofession de l´amélioration génétique des ruminants a la charge du pilotage du dispositif génétique français. Son mode de financement reste à définir.


Quand et pourquoi a été créée l´interprofession génétique ?
Pierre-Louis Gastinel - France génétique élevage (FGE) a été créée en mai 2006. Compte tenu de l´évolution du contexte réglementaire, elle permet à la profession d´assurer ses responsabilités au niveau du dispositif génétique. Sa création découle de la Loi d´orientation agricole de janvier 2006. Celle-ci se traduit par une moindre implication des pouvoirs publics dans la gestion du dispositif génétique tant du point de vue de la définition des règles (publication des index.) que financier. Elle ouvre également à la libre-concurrence certaines activités dont l´insémination.
Quelles sont ses grandes orientations politiques ?
P.-L. G. - L´orientation des professionnels a été de dire que même si l´on sortait d´un système fortement réglementé, il fallait maintenir un système collectif pour conserver son efficacité et garantir le libre accès à une génétique améliorée au moindre coût et au plus grand nombre d´éleveurs possible. Cela nécessitait de regrouper les opérateurs techniques (entreprises et organismes de sélection, EDE, contrôles laitiers.) et les producteurs-utilisateurs au sein d´une interprofession. L´absence de système collectif aurait posé des problèmes à beaucoup de races et aux régions à faible densité ou présentant des handicaps naturels importants. Et surtout, pour toutes les races, un système d´information collectif, des normes qualité harmonisées et des moyens communs de recherche appliquée sont déterminants pour l´efficacité technique et économique du travail de sélection.
Pierre-Louis Gastinel : « Le pilotage du dispositif d´amélioration génétique français est passé des mains des pouvoirs publics à celles des professionnels. » ©DR

Quelles sont les principales missions de l´interprofession ?
P.-L. G. - En premier lieu, FGE s´est vu confier la gestion du système collectif d´information génétique (bases de données) et du système de management de la qualité des informations nécessaires au calcul et à la fiabilité des index. L´interprofession prend ainsi le relais de l´encadrement réglementaire des pouvoirs publics. Par exemple, elle décide désormais des règles de certification des filiations, de contrôle laitier ou de publication des index. Cette structure interprofessionnelle s´appuie sur les compétences humaines et techniques existantes : compétences techniques de l´Institut de l´élevage, ressources du service juridique de l´UNCEIA. FGE constitue un interlocuteur unique pour représenter nos différents métiers, races, filières au niveau national et international.
Quel est le mode de financement de FGE ?
P.-L. G. - Le budget nécessaire aux activités mutualisées tourne autour de 15 à 18 millions d´euros abondés pour l´essentiel par le ministère de l´Agriculture (près de 14 millions d´euros) et le FNE (1 à 2 millions). Les perspectives budgétaires vont à terme vers un équilibre de deux tiers pour l´État et d´un tiers pour la profession. Mais il faut pour cela trouver des financements complémentaires.
Y aura-t-il une nouvelle CVO ?
P.-L. G. - Le principe d´une contribution collective professionnelle pour la génétique est acquis. Sa forme et son montant se discutent actuellement, avec la profession et les pouvoirs publics, dans un débat plus large sur l´ensemble des autres charges pouvant aussi relever de la solidarité professionnelle (équarrissage, crises sanitaires ou environnementales.) et le renouvellement des CVO actuelles. La base devrait être un prélèvement lié au cheptel. L´objectif est de parvenir à un accord dans l´année.
Quels sont vos grands axes de travail en 2008 ?
P.-L. G. - D´abord amener les différentes structures (EDE.) à s´engager progressivement dans le système de management de la qualité des informations nécessaires au calcul des index. Ensuite, dans un contexte plus libéral, adapter les règles de propriété et d´accès aux informations pour éviter tout risque de privatisation des données qui seraient préjudiciables à l´efficacité du dispositif.


(1) Pierre-Louis Gastinel, responsable du département génétique de l´Institut de l´élevage, est animateur de France génétique élevage. L´interprofession regroupe quatre fédérations représentant les producteurs dont la FNPL, des organismes techniques nationaux comme l´Apca, France contrôle laitier. et trois membres associés, l´Inra, l´Institut de l´élevage et FIEA (Arsoé).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière