Aller au contenu principal

FranceMilkBoard défend le contrat cessible et divisible

En Normandie, l'OP transversale FMB a fait le point sur ses positions sur les contrats cadre en cours de négociation.

© FMB

Pour la délégation Lactalis, la proposition de contrat cadre a été envoyée en janvier dernier et "nous allons avec FMB Grand Ouest négocier le contrat cadre avec Lactalis", indique Nicolas Legentil (Lactalis), l'un des trois co-présidents de FMB Normandie, lors de l'assemblée générale le 14 février. FMB défend les mêmes principes que pour le contrat cadre de Savencia : un contrat cessible et divisible, sans prélèvement de la part de l'entreprise ; et une gestion mutualisée des volumes à livrer sur l'année.

Et la gestion annuelle mutualisée des volumes pour tous

Le contrat cadre Savencia a été mis en place en 2014. FMB s'engage à ce que la somme des volumes livrés par les adhérents corresponde à la somme des volumes individuels contractualisés, au niveau national. "Nous gérons avec la prévision des livraisons. Cela se passe bien. La collecte totale est même plutôt en deçà de la référence globale. Ce dispositif permet d'éviter les pénalités aux exploitations qui dépassent leur référence individuelle. Ce bilan donne des arguments à la délégation Lactalis pour demander le même dispositif", développe Philippe Montigny, co-président (Savencia).

Mi-février, FMB Normandie était en train de renégocier son contrat cadre avec Savencia. "Savencia n'affiche pas d'objectif de réduction de la collecte comme d'autres entreprises, car il la subisse déjà, avec les arrêts non repris, les départs vers d'autres laiteries. Cette baisse, bien connue dans le Sud-Ouest, commence à gagner le Nord."

"Une délégation de producteurs livrant Gillot Fléchard vient d'être créée, dans le but de rencontrer l'entreprise pour entamer les discussions sur un futur contrat cadre", a indiqué Sylvain Lainé (Gillot Fléchard), co-président. Autre nouvelle, des producteurs livrant Milleret, dans le Grand Est, rejoignent FMB Normandie. "FMB Normandie peut potentiellement accueillir des producteurs de tout le Nord de la France jusqu'en Franche-Comté. La délégation de producteurs Milleret enverra sa proposition de contrat cadre le 1er mars", indiquent les co-présidents.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière