Aller au contenu principal

FranceMilkBoard défend le contrat cessible et divisible

En Normandie, l'OP transversale FMB a fait le point sur ses positions sur les contrats cadre en cours de négociation.

© FMB

Pour la délégation Lactalis, la proposition de contrat cadre a été envoyée en janvier dernier et "nous allons avec FMB Grand Ouest négocier le contrat cadre avec Lactalis", indique Nicolas Legentil (Lactalis), l'un des trois co-présidents de FMB Normandie, lors de l'assemblée générale le 14 février. FMB défend les mêmes principes que pour le contrat cadre de Savencia : un contrat cessible et divisible, sans prélèvement de la part de l'entreprise ; et une gestion mutualisée des volumes à livrer sur l'année.

Et la gestion annuelle mutualisée des volumes pour tous

Le contrat cadre Savencia a été mis en place en 2014. FMB s'engage à ce que la somme des volumes livrés par les adhérents corresponde à la somme des volumes individuels contractualisés, au niveau national. "Nous gérons avec la prévision des livraisons. Cela se passe bien. La collecte totale est même plutôt en deçà de la référence globale. Ce dispositif permet d'éviter les pénalités aux exploitations qui dépassent leur référence individuelle. Ce bilan donne des arguments à la délégation Lactalis pour demander le même dispositif", développe Philippe Montigny, co-président (Savencia).

Mi-février, FMB Normandie était en train de renégocier son contrat cadre avec Savencia. "Savencia n'affiche pas d'objectif de réduction de la collecte comme d'autres entreprises, car il la subisse déjà, avec les arrêts non repris, les départs vers d'autres laiteries. Cette baisse, bien connue dans le Sud-Ouest, commence à gagner le Nord."

"Une délégation de producteurs livrant Gillot Fléchard vient d'être créée, dans le but de rencontrer l'entreprise pour entamer les discussions sur un futur contrat cadre", a indiqué Sylvain Lainé (Gillot Fléchard), co-président. Autre nouvelle, des producteurs livrant Milleret, dans le Grand Est, rejoignent FMB Normandie. "FMB Normandie peut potentiellement accueillir des producteurs de tout le Nord de la France jusqu'en Franche-Comté. La délégation de producteurs Milleret enverra sa proposition de contrat cadre le 1er mars", indiquent les co-présidents.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière