Aller au contenu principal

TFA
Fin des pénalités laitières « à la française »

Les « pénalités » issues de la TFA au titre de la campagne 2011-2012, déjà prélevées par les entreprises, devront être remboursées aux producteurs en situation de dépassement.

© J. Chabanne

Le ministère de l'Agriculture a annoncé officiellement la suppression de la taxe fiscale affectée (TFA), appliquée sur les dépassements individuels de quotas laitiers, ce mercredi 3 octobre.

"La France prend acte du fait que la Commission européenne conteste la conformité aux règles communautaires de la TFA", souligne le ministère. Ainsi, pour ne pas prendre le risque d'une éventuelle sanction européenne, la France met fin à ce dispositif unique en Europe.


Le système de gestion de la maîtrise français a été porté par le syndicalisme et conforté par des textes nationaux, ce système consistait à pénaliser les producteurs en dépassement que le quota national soit en dépassement ou en sous-réalisation. Le pilotage des volumes était plus ou moins adouci chaque année en fonction de la situation des marchés par des mesures de « prêts » de quotas (taux encadré nationalement d’allocations provisoires par entreprise et remboursements de pénalités ciblés en fin de campagne tels que les mesures « petits producteurs »).


Le résultat de ces pénalités allait dans un fonds permettant de financer les programmes nationaux d’aides à la cessation de l’activité laitière.


Suite à une plainte de producteurs il y a deux ans


Cette pratique était alors rendue possible par les textes européens, mais les autres États membres avaient préféré ne pas pénaliser les producteurs que lorsque l’État était lui-même en dépassement.


Lors de la réforme de la PAC de 2003, les textes européens ne mentionnaient plus que cette dernière solution. Seul un accord verbal entre le Commissaire européen et le ministre français de l’époque (Franz Fischler et Hervé Gaymard) avait néanmoins été conclu pour que la France puisse poursuivre son système propre, d’où la création d’une taxe fiscale affectée (TFA) en France qui se substituait à la pénalité laitière européenne. Mais les accords verbaux ne valent pas des écrits, et la France, suite à une plainte de producteurs, s’est vue, il y a près de deux ans, demander des comptes par la Commission européenne.


Plutôt que de rentrer dans un processus juridique compliqué et risquant d’aboutir à une condamnation, les pouvoirs publics français ont décidé d’abandonner le système, à trois ans de la fin du régime des quotas laitiers.


Cette décision entraîne donc un certain nombre de conséquences. Tout d’abord, les « pénalités » issues de la TFA au titre de la campagne 2011-2012 qui ont déjà été prélevées par les entreprises, devront être remboursées aux producteurs en situation de dépassement.


Le fonds public pour les aides à la cessation d’activité laitière sera donc vide, laissant la place au régime des TSST (transferts spécifiques sans terre), dispositif consistant à ce que les éleveurs demandeurs de références supplémentaires financent les aides aux éleveurs cessant leur activité.


Des aménagements nécessaires dans certains contrats


Que va-t-il advenir pour la campagne en cours et pour les suivantes? Le remboursement des pénalités de la campagne passée et l’annonce de la suppression du système national, pourraient amener certains producteurs à produire davantage, ignorant l’intérêt de la gestion collective des volumes en lien avec les marchés. Sur ce point, les acteurs de la filière laitière française ne sont pas sans réponse.


La mise en place de la contractualisation (de même que les contrats coopératifs) permet de nombreuses modalités de gestion privée des volumes produits. La plupart des contrats avaient déjà anticipé la fin du régime des quotas, y compris une éventuelle suppression de la TFA. Pour les autres, cela nécessitera des aménagements dans les contrats existants. Un bon sujet de discussion entre les entreprises et les organisations de producteurs, de même que pour les réunions d’hiver entre les coopératives et leurs sociétaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière