Aller au contenu principal

Veaux et réforme
Filière Montbéliarde qualité, un plus pour les éleveurs

La filière certifiée Montbéliarde qualité permet d´apporter une plus-value aux éleveurs. Les volumes écoulés chaque année tentent de se stabiliser autour de 9000 têtes.


« Notre objectif est d´enrayer la diminution du nombre d´animaux intégrant la filière certifiée Montbéliarde qualité, indique Olivier Billerey, animateur de l´association des producteurs le Doubs. Ces trois dernières années, nous sommes parvenus à stabiliser les volumes de bovins auprès notre distributeur Carrefour. » En 2006, les tonnages ont approché 9 000 bovins, dont environ 70 % de vaches de réforme (les 30 % restants concernant les boeufs de plus de 24 mois). Depuis sa création en 1995, l´activité de la filière Montbéliarde qualité a connu des hauts et des bas. Quelques années en arrière, près de 14 000 bovins par an étaient commercialisés.
Mais Olivier Billerey n´en reste pas moins optimiste : « Carrefour affiche une volonté pour privilégier les animaux issus de filière qualité comme la nôtre. » A l´origine de cette démarche inter-professionnelle : un groupement d´éleveurs franc-comtois soucieux de la valorisation de la viande de race Montbéliarde. Le cahier des charges, défini avec Carrefour et la société d´abattage Bigard permet de « garantir une viande de qualité certifiée par un organisme indépendant ». Aucun maillon de la filière n´échappe à ces contrôles : des éleveurs, groupements et négociants à la distribution, en passant par les abattoirs. Sans oublier les fabricants d´aliments du bétail, qui sont habilités à respecter un cahier des charges spécifique.
Une plus-value de 8 c/kg
Aujourd´hui, quelque 2350 élevages sont qualifiés pour prétendre à la certification Montbéliarde qualité. Chaque année, environ 10 % d´entre elles connaissent un contrôle inopiné de l´organisme certificateur. Un système de modulation en fonction des périodes de l´année a été créé pour inciter à une meilleure adéquation entre l´offre et la demande, notamment en été et en fin de campagne laitière.
Le complément de prix varie désormais en fonction des différentes périodes de l´année. ©E. Bignon

Extrait du cahier des charges : l´excès de gras est pénalisé
La première condition du cahier des charges est que les animaux soient de race Montbéliarde et issus d´élevages qualifiés.
L´âge à l´abattage est compris entre 28 et 120 mois pour les femelles.
Le poids de carcasse minimum est de 300 kg pour les femelles.
La conformation est comprise entre O= et R.
L´état d´engraissement est de 2 ou 3.
La durée de pâturage est d´au moins six mois par an.
L´alimentation comprend au minimum 70 % de fourrages, dont 75 % au moins proviennent de l´exploitation.
Les traitements et interventions vétérinaires sont notés et les ordonnances conservées cinq ans.
Les aliments utilisés proviennent de fabricants habilités.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière