Aller au contenu principal

Applicable en 2008
Feu vert pour l’accord inhibiteurs

L’accord concerne la prise en charge des citernes contenant des résidus d’antibiotiques.

L’accord signé par l’interprofession en mai dernier pour gérer le « risque inhibiteurs » attendait d’être homologué par les pouvoirs publics pour entrer en vigueur. C’est fait : l’arrêté est paru au Journal officiel du 30 décembre dernier. Son objectif est d’uniformiser les procédures de détection des inhibiteurs et de garantir la couverture d’une partie de ce risque d’une façon collective grâce à la création d’un fonds de gestion interprofessionnel inhibiteurs (voir Réussir Lait élevage de décembre 2007 p. 52).
La procédure prévoit que le lait de toutes les citernes réceptionnées dans un centre de collecte soit testé via un test rapide. En cas de positivité, un échantillon de lait prélevé dans la citerne et les échantillons de lait prélevés dans les tanks des producteurs sont acheminés vers le laboratoire agréé pour y être analysé. Si l’échantillon de la citerne est positif, le ou les producteurs reconnus responsables et le transformateur pourront demander la prise en charge des coûts liés à la gestion de la citerne. L’impact financier est estimé à 6 000 - 8000 euros selon la contenance.
Le producteur responsable gardera à sa charge une pénalité correspondant au moins à 125 % du prix de base appliqué sur le volume livré le jour de positivité. Il faut ajouter à cela une franchise de 250 euros (doublée en cas de récidive dans l’année). Le producteur prend aussi à sa charge les frais d’épandage pour destruction de la citerne. Ainsi, un éleveur livrant 1 500 litres et responsable de la positivité d’une citerne de 15 000 litres aura environ 1000 euros à payer.

UN FONDS INTERPROFESSIONNEL
Le fonds interprofessionnel sera alimenté par la participation financière payée par les producteurs (250 euros par citerne positive), les frais de gestion payés par les collecteurs (250 euros par citerne positive) et les cotisations volontaires obligatoires (cotisations payées par les transformateurs et les producteurs au Cniel). Il couvrira dès 2008, le coût du lait, le coût de collecte et de réacheminement, et le coût d’immobilisation de la citerne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière