Aller au contenu principal
Font Size

[Femmes en agriculture] Fières d'être éleveuses !

Dans les exploitations laitières, un quart des chefs et coexploitants sont des femmes. Un chiffre resté stable entre les deux dernières enquêtes structures d'Agreste de 2013 et 2016. Mais, d’après les données de 2013(1), la proportion de femmes augmente nettement avec l’âge (27 % pour les 50-60 ans, 32 % pour les 60-65 ans). Ce qui laisse entendre qu’assez peu de jeunes femmes se lancent dans le métier parmi les 1 700 JA qui s'installent sur une exploitation laitière chaque année. De même, la proportion d’éleveurs qui travaillent en couple augmente aussi avec l’âge (19 % chez les moins de 40 ans contre 46 % chez les plus de 50 ans). Une affaire de génération...

 

Au-delà des chiffres, ce qui importe le plus, c’est l’évolution de la reconnaissance et du statut des femmes au sein des exploitations, avec une évolution massive vers celui de coexploitantes. Installée en Haute-Savoie en Gaec avec sa mère en 2014, Noémie Collet a rendu un bel hommage aux femmes agricultrices au cours d’un discours prononcé lors du Salon international de l’agriculture sur le ring des concours(2). Elle y a aussi dénoncé un manque de reconnaissance. À l’instar des autres catégories socioprofessionnelles, la situation s’améliore, mais certainement pas assez vite, ni partout. Les femmes ont de plus en plus de responsabilités au sein des exploitations. Certaines, comme Loren Duhameau qui témoigne dans notre dossier, n’hésitent pas à s’installer en individuel. De plus en plus polyvalentes, elles refusent d’être cantonnées, comme à une époque pas si lointaine, à l’élevage des veaux, la gestion de l’administratif, la préparation des repas lors des ensilages… « Les mentalités évoluent », estime avec satisfaction Loren Duhameau. Assumer son rôle d’éleveuse et de mère de famille sans oublier les responsabilités au sein de diverses structures agricoles ou non, rime bien souvent avec un planning surchargé. « Je tente de concilier mon travail d'éleveuse, de fromagère, de commerciale, d'assistante de direction, de responsable des ressources humaines et du contrôle qualité, de comptable, et la liste est non exhaustive ! Avec mon rôle de mère et de femme. Les journées sont longues et pourtant bien trop courtes, le rythme effréné, le mental et le physique soumis à rude épreuve. La tâche est rude mais combien enrichissante, valorisante et noble ! », a souligné Noémie Collet dans son discours. Ces paroles font écho aux témoignages des trois cheffes d’exploitations que nous avons interviewées pour ce dossier. De beaux parcours bien remplis de femmes qui n’ont rien à envier aux hommes.

(1) Traitement Idele pour l'Observatoire laitier du Cniel.
 
 
 
Retrouvez son discours ci-dessous

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière