Aller au contenu principal

[Femmes en agriculture] Fières d'être éleveuses !

Dans les exploitations laitières, un quart des chefs et coexploitants sont des femmes. Un chiffre resté stable entre les deux dernières enquêtes structures d'Agreste de 2013 et 2016. Mais, d’après les données de 2013(1), la proportion de femmes augmente nettement avec l’âge (27 % pour les 50-60 ans, 32 % pour les 60-65 ans). Ce qui laisse entendre qu’assez peu de jeunes femmes se lancent dans le métier parmi les 1 700 JA qui s'installent sur une exploitation laitière chaque année. De même, la proportion d’éleveurs qui travaillent en couple augmente aussi avec l’âge (19 % chez les moins de 40 ans contre 46 % chez les plus de 50 ans). Une affaire de génération...

 

Au-delà des chiffres, ce qui importe le plus, c’est l’évolution de la reconnaissance et du statut des femmes au sein des exploitations, avec une évolution massive vers celui de coexploitantes. Installée en Haute-Savoie en Gaec avec sa mère en 2014, Noémie Collet a rendu un bel hommage aux femmes agricultrices au cours d’un discours prononcé lors du Salon international de l’agriculture sur le ring des concours(2). Elle y a aussi dénoncé un manque de reconnaissance. À l’instar des autres catégories socioprofessionnelles, la situation s’améliore, mais certainement pas assez vite, ni partout. Les femmes ont de plus en plus de responsabilités au sein des exploitations. Certaines, comme Loren Duhameau qui témoigne dans notre dossier, n’hésitent pas à s’installer en individuel. De plus en plus polyvalentes, elles refusent d’être cantonnées, comme à une époque pas si lointaine, à l’élevage des veaux, la gestion de l’administratif, la préparation des repas lors des ensilages… « Les mentalités évoluent », estime avec satisfaction Loren Duhameau. Assumer son rôle d’éleveuse et de mère de famille sans oublier les responsabilités au sein de diverses structures agricoles ou non, rime bien souvent avec un planning surchargé. « Je tente de concilier mon travail d'éleveuse, de fromagère, de commerciale, d'assistante de direction, de responsable des ressources humaines et du contrôle qualité, de comptable, et la liste est non exhaustive ! Avec mon rôle de mère et de femme. Les journées sont longues et pourtant bien trop courtes, le rythme effréné, le mental et le physique soumis à rude épreuve. La tâche est rude mais combien enrichissante, valorisante et noble ! », a souligné Noémie Collet dans son discours. Ces paroles font écho aux témoignages des trois cheffes d’exploitations que nous avons interviewées pour ce dossier. De beaux parcours bien remplis de femmes qui n’ont rien à envier aux hommes.

(1) Traitement Idele pour l'Observatoire laitier du Cniel.
 
 
 
Retrouvez son discours ci-dessous

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
L'accord n'est pas contraignant pour l'OP : depuis deux ans, le volume global de l'OPLGO affiche une sous-réalisation de la référence de 4 %.
Lactalis teste le volume collectif avec l'OPLGO
L'accord conclu entre l'Organisation de producteurs de lait Grand Ouest (OPLGO) et Lactalis montre l'évolution du transformateur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière