Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Faut-il les traiter contre les strongles ?

QUAND LES BOUSES CONTIENNENT DES OEUFS
EN GRAND NOMBRE ou quand le pepsinogène
sanguin s’élève, c’est le signal qu’il faut traiter.
QUAND LES BOUSES CONTIENNENT DES OEUFS
EN GRAND NOMBRE ou quand le pepsinogène
sanguin s’élève, c’est le signal qu’il faut traiter.
© DR

« Avec la pénurie fourragère de cet été et les pluies de l’automne, les génisses sont restées la plupart du temps un mois de plus au pâturage avant d’être rentrées. Voilà une situation d’ordinaire favorable aux strongles digestifs plus efficacement recyclés en fin d’année quand leurs larves peuvent échapper activement aux bouses pour se répandre dans l’herbe environnante, avec toutes les chances d’y être consommées. Les larves muent dans la paroi de la caillette et inhibent la digestion, libèrent du pepsinogène dans le sang et stimulent les défenses.

À mesure que les défenses deviennent plus aguerries, le nombre de vers adultes diminue et avec lui la ponte des oeufs. Le vétérinaire dispose donc de deux outils complémentaires pour évaluer la population de strongles dans les caillettes des jeunes en fin de première année de pâture : le comptage des oeufs dans les bouses et le dosage du pepsinogène dans le sang.

VERS OU PAS VERS ?

Au printemps, Claude ne fait aucun traitement à la sortie de sa bande d’une vingtaine de jeunes sur une parcelle sans doute faiblement infestée par la génération précédente. Les génisses y ont consommé l’herbe jusqu’au début de l’été puis cette parcelle a été agrandie après la petite fauche de juin. De fin juillet à mi-septembre, avec la pénurie d’herbe, elles ont plutôt mangé le foin du râtelier et se sont rattrapées sur l’herbe cet automne. Lors du bilan sanitaire, j’avais suggéré à Claude d’affiner sa stratégie avec quelques analyses plutôt que de traiter systématiquement à la rentrée avec des génériques qui tuent tout. Il a suivi ce conseil en faisant cinq prises de sang et un comptage d’oeufs dans les bouses dès la rentrée de ce lot, et le verdict a été sans appel : inutile de traiter cet hiver, le nombre de vers et de larves sur les cinq animaux est sans danger. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Réagir dès les premières mouches pour éviter la prolifération
Une lutte réussie contre les mouches doit être anticipée, commencer tôt et s’inscrire dans la durée. Il est illusoire de croire…
Vignette
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»
Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un…
Vignette
Bien penser l'abreuvement des vaches
Une vache laitière consomme de l’eau en grande quantité et rapidement. La disponibilité en eau peut se révéler un facteur…
Vignette
"Mes niches à veaux sur sable sont faciles à nettoyer"

"Les nouveau-nés, jusqu'à 15 jours maximum, sont élevés dans des niches à veaux que nous avons…

Vignette
Utilisez-vous des tests de gestation dans le lait ?
Dosage de protéines spécifiques de la gestation dans le lait ou le sang, progestérone, échographies... Plusieurs méthodes sont…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière