Aller au contenu principal

Faites barrage à la maladie de Mortellaro

Trois conditions doivent être simultanément réunies pour que la maladie se développe : microblessures des pieds, macération dans l’humidité et présence du tréponème. Faites en sorte qu’elles ne le soient pas !

L’intégrité du derme des pieds est primordiale pour prévenir cette maladie, qui implique un microbe spirochète très particulier en association avec les microbes
habituellement présents sur la peau et les bouses des bovins.
L’intégrité du derme des pieds est primordiale pour prévenir cette maladie, qui implique un microbe spirochète très particulier en association avec les microbes
habituellement présents sur la peau et les bouses des bovins.
© Y. Debeauvais

La dermatite digitée ou maladie de Mortellaro est signalée en France depuis 1980. Elle touche des élevages dans tous les pays du monde : selon les études, entre 40 et 90 % des troupeaux détiennent au moins un animal atteint. Sur 100 vaches laitières présentant une boiterie, la moitié d’entre elles sont atteintes de dermatite digitée ! La complexité de cette maladie et l’importance qu’elle a prise ces dernières années avec l’extension des aires bétonnées et l’agrandissement des troupeaux justifie qu’on lui consacre à elle seule notre dossier.

Trois conditions doivent être simultanément présentes pour qu’elle apparaisse : une humidité continue favorisant la macération, des microblessures de la peau au-dessus du sabot, et la présence du germe spécifique, le tréponème. Si une seule d’entre elles manque, la maladie ne se développe pas.

Très contagieuse, elle se propage à la vitesse grand « V » quand les conditions sont favorables. Un problème de ventilation, une surpopulation, un manque d’hygiène, l’augmentation des déplacements, des vaches qui passent trop de temps debout, une baisse d’immunité… sont autant de facteurs permettant son développement.

Garder sous contrôle

L’aspect des lésions ne préjuge pas de la douleur. Apprendre à reconnaître les différentes formes de Mortellaro (actives et réservoir) et comprendre leur évolution est indispensable pour mettre en place une stratégie de lutte adaptée. Il n’y a pas de solution passe-partout.

Vous trouverez dans ce dossier de nombreux reportages en élevages et le point de vue de plusieurs spécialistes. Les avis divergent parfois, comme sur l’efficacité des pédiluves. Là où tout le monde s’accorde, c’est sur l’intérêt d’observer régulièrement les animaux et leurs pieds, et sur la nécessité d’intervenir très rapidement en cas de boiterie. Le parage préventif et curatif est un levier efficace mais pas suffisant : les conditions d’ambiance, de couchage et d’hygiène sont essentielles. Reste qu’une fois que le loup est entré dans la bergerie, il n’en ressort jamais. Le mieux que l’on puisse faire, c’est contrôler la maladie pour qu’elle reste à un niveau acceptable.

 

Lire aussi : Reconnaître les cinq stades cliniques de Mortellaro

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
En Europe, les prix du lait montent mais la collecte baisse encore
Les cotations des produits laitiers sont à des niveaux très élevés.
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière