Aller au contenu principal

FaireFrance cherche à se développer

Le lait équitable FaireFrance développe ses ventes. FaireFrance SAS souhaite diversifier sa gamme de produits et trouver de nouveaux adhérents.

© A. Conté

Faircoop-SCA change de nom et s’appelle désormais FaireFrance, comme sa marque. « Nous ne sommes pas une coopérative à proprement parlé, mais une SAS d’agriculteurs », indique Richard Blanc, président de FaireFrance SAS. Cette société de commercialisation appartient à 100 % à des agriculteurs ; aujourd’hui, 800 exploitations associées. FaireFrance achète des briques, et tout récemment des bouteilles, de lait UHT demi-écrémé, à la Laiterie Saint Denis de l’Hôtel (LSDH). Il s’agit donc du lait des producteurs en contrat avec LSDH. Une quinzaine de salariés de FaireFrance gèrent la relation commerciale avec la grande distribution et la logistique. Les associés s’investissent dans l’animation commerciale en magasin, et recréent des liens avec les consommateurs.
Les ventes des premières briques ont démarré en juin 2013, et ont atteint 1,2 million de litres à la fin de l’année 2013. « Notre objectif est de vendre 6 millions de litres sur 2014, et davantage en 2015. Nous visons un résultat à l’équilibre pour 2015 », détaille Richard Blanc.
Aujourd’hui, le litre vendu sous la marque FaireFrance se vend 0,99 euro en brique et 1,12 euro en bouteille. « Certains magasins ont tenté de faire baisser le prix. Nous devons rester très vigilants ! » Sur ce prix, 73 % rémunère LSDH et ses éleveurs et la logistique, 17 % paye les distributeurs, et 10 % rémunère les associés FaireFrance pour leur travail de promotion. Ces 10 cents sont distribués chaque année entre tous les membres participants, quelle que soit la taille de leur exploitation, au prorata du nombre d’actions détenues.


Lancement d’un lait entier chocolaté


Le succès de la démarche repose sur une bonne fréquence des animations en magasin. « Il faut en faire au moins une tous les six mois dans chaque magasin (aujourd’hui, plus de 3000 magasins).  Nous relançons des réunions en région, pour recruter de nouveaux adhérents. »
« Le démarrage prometteur du projet montre que les consommateurs sont prêts à payer plus cher le lait s’ils ont la certitude que cela permet de mieux rémunérer le producteur. » FaireFrance rémunère ses adhérents, et « achète le lait environ 10 % plus cher que le prix du marché à LSDH. Nous aimerions beaucoup compter de nouveaux associés parmi les éleveurs sous contrat avec LSDH ».
FaireFrance cherche à diversifier son offre de produits laitiers : lait bio, lait entier chocolaté, fromage. « Le lait chocolaté est déjà dans les tuyaux, fabriqué par LSDH et parrainé par Ghislaine Arabian, chef étoilé participant à l’émission Top Chef. Sa commercialisation devrait être lancée dans quatre ou cinq mois. Depuis le début, FaireFrance est ouvert à tout agriculteur intéressé, dans l’optique qu’à l’avenir, d’autres produits comme la viande par exemple, puissent bénéficier de la marque. »

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière