Aller au contenu principal

Faire face à la flambée des matières premières

Déjà en 2008, les cours des céréales et des tourteaux s’étaient affolés. Trois ans plus tard, une nouvelle déferlante secoue les élevages. Comment se prémunir de cette volatilité grandissante ?

La stratégie d'achat est une nouvelle corde à l'arc des éleveurs
La stratégie d'achat est une nouvelle corde à l'arc des éleveurs
© C. Watier

La volatilité des prix des matières premières est une réalité. Il faut s’y faire. Pour les éleveurs, le risque « prix » sur les achats d’aliments devient un enjeu majeur, ce poste représentant grosso modo la moitié des charges opérationnelles. Si elle est mal anticipée, la fluctuation des cours peut avoir de lourdes conséquences sur le coût de production.

« Dans la conjoncture actuelle, on ne peut plus se contenter d’être simplement producteur de lait", soulignait Laurent Taupin, vice-président du Clasel, lors d’une récente journée consacrée à la gestion de l’approvisionnement en Mayenne(1). «Il faut apprendre à gérer nos appros différemment et à définir une vraie stratégie d’achat. C’est une nouvelle facette du métier. Entre deux éleveurs laitiers techniquement bons, selon le moment où ils achètent et vendent, il peut y avoir une grosse différence de marge. »

À défaut de pouvoir lutter contre la volatilité, il faut chercher à en atténuer les conséquences. Deux possibilités pour se protéger. La première est de réduire son risque d’exposition. La meilleure précaution à long terme est sans doute de réorienter les systèmes d’élevage vers des fonctionnements plus économes en intrants, plus extensifs, qui limitent autant que possible l’impact des variations de coûts. Ceci dit, cette réflexion ne peut pas s’envisager du jour au lendemain... À court terme, un calcul de la ration au plus juste s’impose. Si jamais les quantités de concentrés dérapent, l’impact économique risquerait d’être démultiplié. Pour se prémunir de la volatilité, certains éleveurs ont opté pour l’autoconsommation de leurs céréales ou l’échange céréalesaliments. C’est notamment le cas de l’EARL du Mézeray qui, depuis l’été dernier, a souscrit un contrat d’échange sur 40 tonnes d’aliment (lire page 49).

La seconde solution est de gérer son risque. Cela passe par des outils de couverture pour sécuriser sa marge en bloquant un prix d’achat. C’est le principe des contrats à livraison différée, qui permettent une projection de trois mois à un an à l’avance.

Le prix sera d’autant plus compétitif que le nombre d’intermédiaires est limité et que le volume est important. Peut-être est-ce le moment de réfléchir à une solution de stockage ou de se grouper pour passer commande? Demain, d’autres solutions seront accessibles aux éleveurs, via le marché à terme et les options. Mais attention, s’il peut sécuriser un prix, ce système complexe n’est pas une affaire d’amateur. Il faut être formé et informé.

SOMMAIRE DU DOSSIER


Page 32 : L’envolée des prix va-t-elle durer ? Marchés et perspectives


Page 36 : Bien gérer son risque face à la volatilité des prix, en cinq points


Page 40 : Se couvrir sur le marché physique et le marché à terme


Page 44 : Matières premières ? Stockage ? Autoconsommation de céréales ?.. Les bonnes questions à se poser


Page 52 : «Nous avons divisé par deux l’impact de la hausse» Fabrice Bédel, Evialis

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

[Contenu Partenaire] Dermatite : « une baisse de 39 à 9 % des vaches laitières touchées, grâce au biocontrôle »
Dans la Manche, le GAEC Bourgine lutte contre des problèmes de boiteries avec un produit de biocontrôle, le Certiflore. En un an…
La ferme des 1000 vaches ne livrera plus de lait au 1er janvier 2021
Coup de tonnerre à la ferme des 1000 vaches à Drucat dans la Somme. Face au manque de visibilité à moyen terme, le gérant,…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au 1er avril
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière