Aller au contenu principal
Font Size

Dossier
Faire face à davantage de travail

Au fil des ans, les volumes de lait à produire par unité de main-d’oeuvre se sont considérablement accrus. Comment concilier ce développement avec des objectifs de travail, de vie personnelle et de rentabilité ?

Combiner plusieurs solutions
Combiner plusieurs solutions
© J. Chabanne

La question du travail est cruciale pour l’avenir de l’élevage laitier. Qu’il s’agisse de faire face au travail supplémentaire lié au développement des exploitations, ou d’installer des jeunes pour compenser les nombreux départs en retraite prévus dans les prochaines années. Elle l’est particulièrement pour les Gaec parents-enfants, si le départ à la retraite des parents n’a pas été suffisamment anticipé et réfléchi. La même problématique se retrouve, plus insidieusement, suite aux agrandissements progressifs des exploitations qui se développent au fil des ans pour conforter leur assise.

On a trop souvent tendance à penser d’abord technique en se disant qu’on verra plus tard comment faire côté boulot. Erreur ! Quand on ne parvient plus à lever la tête du guidon, il est difficile d’envisager un éventuel nouveau projet de développement ou de diversification. Grande aussi peut être la tentation pour certains de raccrocher les griffes et de se tourner vers d’autres productions moins contraignantes.

Quelles sont les solutions ? Comment se libérer du temps, réduire la pénibilité, mais aussi sécuriser l’exploitation au niveau du travail en cas de coup dur ? La réorganisation des bâtiments et du travail, et la simplification des tâches sont la première étape, insistent les conseillers intervenant dans notre dossier, avant même de songer à investir ou à embaucher.

On pense souvent robotisation. Il existe beaucoup d’autres solutions. Comme la délégation des génisses, mise en oeuvre chez Aline Giraud et David Jouault, éleveurs en Ille-et-Vilaine. La plupart du temps, les éleveurs qui témoignent dans notre dossier combinent plusieurs solutions complémentaires. En fonction de sa situation et de ses objectifs, c’est à chacun de trouver le bon cocktail. À l’image du Gaec Terre et lait, dans le Pas-de- Calais, qui a mûrement réfléchi la conception de son bâtiment, a investi dans un pousse-fourrages, et pour les cultures, pratique l’assolement en commun, l’entraide, et partage un salarié en Cuma intégrale.

Pour en savoir plus, voir dossier de Réussir Lait de septembre 2013. R. Lait n°272, p 72 à 104.

 

SOMMAIRE DU DOSSIER


Page 74 : Conseils et constat : Je m’agrandis... je pense au travail !

Page 82 : Moyens humains ou matériels : Investir pour réellement gagner du temps

Page 88 : Simulation économique : Quatre solutions testées pour une exploitation

Page 92 : Témoignages d’éleveurs : À chacun de trouver le bon cocktail de solutions

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière