Aller au contenu principal
Font Size

Sébastien Duroy, Institut de l’élevage
"FACILITER LE TRAVAIL GRÂCE À L’IDENTIFICATION ÉLECTRONIQUE"

L’expérimentation sur l’identification électronique vise à valoriser cette technologie dans le cadre de l’identification officielle, pour faciliter le travail de la filière bovine.

Sébastien
Duroy.
« L’identifica
tion électronique
officielle
sera
vraisemblablement
disponible
pour les
éleveurs
après la
remise des
travaux
prévue pour
l’automne
2009. »
Sébastien
Duroy.
« L’identifica
tion électronique
officielle
sera
vraisemblablement
disponible
pour les
éleveurs
après la
remise des
travaux
prévue pour
l’automne
2009. »
© D. R.

Quels sont les objectifs de l’expérimentation sur l’identification électronique ?
Sébastien Duroy - Plusieurs acteurs de la filière bovine française expérimentent depuis l’automne 2007 l’identification électronique chez les bovins. Ce vaste programme, co-financé par le ministère de l’Agriculture, est conduit sous forme de sept projets régionaux(1) ; 250 éleveurs et leurs 63 000 bovins y participent, ainsi que vingtdeux EDE, trois coopératives d’insémination, trois contrôles laitiers, six contrôles bovin croissance, six éditeurs de logiciel de gestion de troupeau, douze groupements de producteurs et leurs centres d’allotement, douze abattoirs, des fabricants d’automatisme (DAC, robot…), etc.
L’objectif de ce programme est non seulement de vérifier que l’outil est adapté aux contraintes de notre système d’identification, mais aussi de permettre une valorisation de l’identification électronique officielle, au bénéfice des éleveurs et des autres opérateurs de la filière.

Comment fonctionne l’identification électronique ?
S. D. - Pour l’identification électronique bovine, la France a choisi de travailler à partir d’une boucle auriculaire. Une puce électronique est intégrée à une boucle. La puce est lue à distance (jusqu’à 40 à 90 cm), par un appareil de lecture — fixe ou portable. Cet appareil peut être un simple relais qui envoie les numéros d’identification vers un ordinateur qui exploitera l’information. Mais il peut aussi utiliser l’information directement pour commander des portes de tri, distribuer du concentré, déclencher une traite séparée… Quels sont les bénéfices potentiels pour les éleveurs et le reste de la filière ? S. D. - Pour l’éleveur, la gestion du troupeau peut être facilitée, avec des transmissions d’informations directes. Si les automates (DAC, robot…) sont adaptés pour lire la puce électronique, il n’a plus besoin de système d’identification électronique spécifique, type collier, pour ses vaches.
Les pesées peuvent être automatisées. Les opérations de contrôle laitier sont facilitées : liaison automatique entre le numéro d’identification et les informations de traite concernant l’animal. En aval, les contrôles de cohérence animal-passeport peuvent être automatisés, ainsi que les pesées et opérations de tri. La valorisation de l’identification électronique permet donc de gagner du temps, et de faire moins d’erreurs. La traçabilité y gagne.

Où en est l’expérimentation et que reste-t-il à faire ?
S. D. - Il a d’abord fallu intéresser les opérateurs à l’identification électronique et à ses applications. Puis il a fallu analyser leur organisation du travail pour s’adapter à leurs besoins, et ainsi démocratiser l’outil. Par exemple, si la lecture des numéros se fait sur des animaux en mouvement dans un couloir, l’utilisation d’un lecteur fixe peut être recommandée. En revanche, si l’opérateur est obligé de se déplacer, un lecteur portable semble plus approprié. Il existe diverses solutions matérielles pour une même problématique.
Aujourd’hui, tous les opérateurs ont pris conscience des potentialités de cette technologie, mais ils sont plus ou moins avancés dans sa connaissance. Des lecteurs fixes ont déjà été posés en abattoir, salle de traite, centre d’allotement, sur des cages de pesée… Certains fabricants de DAC, DAL, robot, salle de traite adaptent déjà leurs matériels à l’utilisation de boucles électroniques. Il reste à adapter les logiciels, les portails internet, les systèmes d’information… Et à tester la circulation et la valorisation des informations. Les travaux devront être rendus à l’automne 2009.

(1) Les Pays-de-la-Loire, la Bretagne et la Lorraine mènent des actions pour la filière laitière

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière