Aller au contenu principal

Faciliter la distribution de la ration

Comment gagner du temps et réduire la pénibilité de la distribution des rations des vaches laitières ? Comme la traite, l’alimentation prend le chemin de l’automatisation. Tour d’horizon des différents systèmes d’alimentation.

© S. Roupnel

L’augmentation de la taille des troupeaux et le manque de main-d’oeuvre sur les exploitations poussent à chercher des solutions pour réduire le temps de travail. Après la traite, l’alimentation du troupeau laitier représente le second poste le plus important en termes d’astreinte quotidienne.

D’après des enquêtes réalisées par le pôle herbivores des chambres d’agriculture de Bretagne il y a quelques années, l’alimentation du troupeau laitier représente près du tiers du travail d’astreinte. C’est aussi celui qui affiche la plus grande variabilité de temps de travail entre exploitations, avec des écarts allant de 3 à plus de 9 heures par UGB et par an, hors robots d’alimentation(1). Avant même le type de matériel utilisé pour distribuer la ration, ces différences s’expliquent d’abord par l’organisation des circuits et la conception des bâtiments.

L’offre se développe avec de nombreux constructeurs dont les automates se répartissent en deux catégories : l’automate mélangeur distributeur (suspendu sur rail ou guidé au sol) et la mélangeuse à poste fixe alimentant un automate de distribution (sur rail ou guidé au sol) ou un tapis convoyeur.

En France, plus d’une trentaine de robots seraient aujourd’hui en service et plus d’une cinquantaine de projets en cours. Il faut compter entre 50 000 et 200 000 euros selon le niveau et le concept d’automatisation. Selon la situation initiale, ces équipements se révèlent une source de gain de temps importante.

Autre solution pour se dégager de l’astreinte de la distribution, la délégation à une Cuma mélangeuse automotrice. Économiquement, elle tire bien son épingle du jeu si les exploitations sont suffisamment groupées.

Les auges mobiles ou pousse-fourrage associés à une désileuse-cube correspondent à du libre-service à l’étable. Lancés il y a une vingtaine d’années, ces systèmes pratiques et robustes présentent de multiples avantages mais restent pourtant assez peu répandus dans les élevages français, alors qu’ils le sont davantage dans d’autres pays du Nord de l’Europe.

Quant au libre-service, il se montre adapté aux troupeaux d’une soixantaine de vaches, mais voit son avenir compromis avec l’agrandissement des élevages.

(1) Enquêtes 2007, élevages du réseau Etre.

SOMMAIRE du dossier

Page 70 : S’affranchir de la distribution avec un robot d’alimentation

Page 78 : Un tapis pour les 120 vaches du Gaec Mercel

Page 82 : Une automotrice depuis quatorze ans à la Cuma La Gourmande

Page 86 : Désiler une fois par semaine grâce aux auges mobiles

Page 94 : Soixante vaches en libre-service au Gaec du Mont Laudrin

Page 98 : Des équipements pour plus d’efficacité

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière