Aller au contenu principal
Font Size

VIDEO - Évaluer le bien-être animal avec BoviWell

Moy Park Beef Orléans et seize organisations agricoles déploient le premier outil d’évaluation du bien-être animal en élevage bovin.

Notre objectif est que les 1618 exploitations sous contrat avec nos partenaires (Agrial, Bovineo, Cap Seine…) soient diagnostiquées avec BoviWell d’ici la fin de l’année 2018", indique Mathieu Pissot, manager filière bœuf de Moy Park Beef Orléans, principal fournisseur de steaks hâchés de Mc Donald’s France. Ces mêmes élevages réaliseront aussi un diagnostic environnemental Cap’2ER de niveau 1.

Les vaches laitières sont particulièrement concernées par ce nouvel outil, puisque 1060 exploitations sur 1618 ont un atelier lait et vendent une partie de leurs jeunes bovins laitiers à la filière Moy Park. "Le diagnostic ne concerne pas seulement les jeunes bovins, le troupeau mère est aussi évalué." Il pourra concerner davantage d’élevages. "Au-delà de nos partenaires, tous les acteurs pourront utiliser BoviWell. Nous mettrons notre outil à leur disposition."

Un outil pour faire évoluer toute la filière bovine

"Notre objectif n’est pas de différencier nos produits. Dans un premier temps, il s’agit de disposer de mesures objectives, robustes et facilement comparables entre exploitations afin de mettre en évidence la qualité du travail des éleveurs, et de diffuser largement les bonnes pratiques. L’objectif est de faire évoluer tous nos approvisionnements et toute la filière, dans une démarche d’amélioration continue", développe Mathieu Pissot. Le coût des diagnostics est intégré dans le prix du contrat.

"Le diagnostic permettra aux éleveurs de mettre en avant leurs bonnes pratiques et d’identifier les voies d’amélioration ", ajoute Étienne Jeanne, d’Agrial.

Un travail d’adaptation du référentiel européen de référence Welfar Quality a été mené pendant trois ans par Moy Park, l’Inra, l’Isa de Lille, des techniciens de coopératives et des éleveurs. Boviwell sort une note par catégorie d’animal. La méthode de calcul donne plus de poids aux résultats les moins bons, pour alerter et déclencher le conseil en élevage.

Le diagnostic de niveau 1 prend une heure à l’éleveur

Seize partenaires de Moy Park ont participé à l’aventure : Agrial, Bovineo, Cap Seine, CCBE, Cecab… Leurs techniciens font le diagnostic en élevage. BoviWell comprend deux niveaux. "Pour l’instant, on demande le simplifié (pour deux catégories d’animaux) qui demande une heure de son temps à l’éleveur. Certaines coopératives font le choix de faire directement le niveau 2. Cela prend 2h30 à l’éleveur, indique Mathieu Pissot. Ce qui plaît aux éleveurs, c’est qu’on revient aux fondamentaux basés sur beaucoup d’observations des animaux."

Costie Pruilh

Quels sont les critères évalués ?

BoviWell est une version adaptée au terrain du référentiel européen Welfar Quality, qui évalue différents critères : absence de faim et de soif prolongée, confort de couchage, facilité de mouvement, absence de blessures, absence de maladies, absence de douleurs causées par des pratiques d’élevage, expression des comportements sociaux, relation homme-animal… La charte des bonnes pratiques d’élevage (CBPE) constitue le socle de Boviwell. Son respect préremplit d’office certains critères.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Dominique et Adrien Durécu « Nous valorisons beaucoup mieux nos prairies avec des petites parcelles. Les vaches pâturent plus et mieux. Et le résultat est payant ! » © E. Bignon
« Les vaches pâturent plus et mieux grâce au pâturage tournant dynamique »

La ferme de Dominique Durécu et de son fils Adrien, qui va s’installer au 1er juillet, possède un vrai…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière