Aller au contenu principal

Eurial poursuit le développement de ses marques

La branche lait d’Agrial accélère aussi sur ses implantations à l’étranger et investit dans les protéines spécifiques.

Pascal Le Brun, président de l’organisation métier lait de vache conventionnel Eurial. " Disposer des trois laits - vache conventionnel et bio, et chèvre - et de substituts végétaux (marque A bicyclette) est un atout sur le plan commercial. "
© C. Pruilh

Le prix du lait de vache conventionnel sur l’année 2018 a été critiqué par les adhérents. Le résultat 2018 d’Eurial, la branche lait d’Agrial, est en baisse par rapport à 2017. Il permet de procéder à une ristourne de 1,16 €/1 000 l(1), divisée par deux par rapport à celle de 2017. " Au final, il manque environ 3 €/1 000 l par rapport au prix payé par d’autres entreprises de notre taille ", indique Pascal Le Brun, président de l’organisation métier lait de vache conventionnel. Les adhérents touchent en plus des intérêts sur parts sociales, une ristourne liée aux résultats du groupe Agrial et une ristourne de la branche agricole s’ils y contribuent. Le retour sur le résultat 2018 aux 13 000 agriculteurs adhérents Agrial s’élève à 15,6 millions d’euros (27 % du résultat net du groupe). Un adhérent lait de vache conventionnel, reçoit entre 2,50 et 6 €/1 000 l environ, selon son engagement avec la coopérative.

Faire de Grand fermage une marque transversale

Le prix du lait correspond aux valorisations d’Eurial et à son besoin d’investir pour améliorer sa valeur ajoutée. " Notre mix produit est d’environ 35 % de PGC France destinés aux GMS et à la RHD ; 20 % de PGC exportés et 45 % d’ingrédients. Notre objectif est de réduire la part d’ingrédients de commodité et d’augmenter la part des PGC. " Un investissement de 28 millions d’euros sur 2019 et 2020 permettra de moderniser les sites d’Herbignac et de Moyon, afin de produire moins de caséines et plus de protéines spécifiques pour la nutrition santé notamment. Les autres priorités de la branche lait sont le renforcement des marques et le développement européen.

Toutes les marques d’Agrial ont progressé en 2018. Grand fermage, Pavé d’affinois, Maestrella, Soignon, Agrilait et Les 300 & Bio représenteront en 2019 près de 40 % du chiffre d’affaires, contre 30 % en 2015. De nouveaux produits seront lancés cette année, pour le snaking et l’apéritif. " Et nous allons faire de Grand fermage une marque transversale, avec d’autres produits que le beurre. "

Achats en Allemagne, Espagne et Italie

En 2018, la coopérative a investi en Espagne (activité chèvre) et en Italie. Dernièrement, elle a racheté le fromager allemand Rotkappchen Peter Jülich, avec deux marques fortes en fromages de vache et de chèvre, et une équipe de 25 commerciaux. " Cela permet d’accélérer notre développement outre-Rhin. " En outre, une partie des fabrications des fromages au lait de vache, qui étaient faites par la coopérative allemande DMK, le sont depuis mi-mars sur le site français de Dangé-Saint-Romain dans la Vienne. Ces fabrications utilisent sept millions de litres de lait des adhérents Agrial.

Enfin, depuis l'automne 2018, plus de 130 magasins de distribution rurale sont passés sous une nouvelle enseigne LaMaison.fr (magasin physique et offre numérique) avec pour objectif de développer la proximité entre les adhérents et les rurbains, et de communiquer sur nos produits, nos marques (pas de vente) et sur la coopérative.

(1) En lait de vache bio, la ristourne est de 1,61 €/1 000 l et en lait de chèvre de 2,44 €/1 000 l.

Chiffres clés

3 600 exploitations en lait de vache conventionnel, 590 en lait de chèvre, 275 en lait de vache bio
2,16 Md l collectés
337,88 €/1 000 l de prix du lait toutes qualités et primes comprises (342,61 € en 2017) hors ristourne
2,4 Md € de chiffre d’affaires, dont 35 % à l’international
 

Quid des laits différenciés ?

Les laits différenciés amènent des contraintes de production, de collecte et de transformation. "Notre gamme Agrilait (lait de consommation) en sans OGM et BBC (Bleu blanc coeur), concerne un noyau de producteurs autour de Rennes et Saint Hilaire. Nous élargissons la zone très progressivement, car nous faisons attention de ne produire que pour répondre à la demande des marchés et en tirer une valeur ajoutée", indique Pascal Le Brun. Cette valeur est répartie entre tous les adhérents, selon le principe d'équité de la coopérative.

La coopérative livre un contrat de 1 milliard de litres de lait à Savencia. "Pour l'instant, ce groupe ne nous demande pas de conditions de production particulières. Mais cela viendra."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
De meilleures carrières avec des vêlages précoces
La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière