Aller au contenu principal
Font Size

Êtes-vous prêt à suivre une formation sur la prise en charge de la douleur des veaux lors de l’écornage ?

Stress, douleur aiguë lors de l’intervention, inflammation des tissus… une formation a été créée pour limiter l’impact de l’écornage sur le bien-être des veaux <sup>(1)</sup>.

(1) Suite au projet Casdar : accompagner les éleveurs pour une meilleure prise en charge des douleurs animales - Réussir lait n° 300 pages 52 à 54.

Non. Je respecte beaucoup mes animaux, mais le problème avec cette formation c’est qu’on nous propose d’intervenir cinq fois sur les veaux (sédation, anesthésie, anti-inflammatoire, écornage, désinfection). C’est long et stressant pour les veaux. Et c’est contradictoire avec la solution d’avenir qui consiste à limiter l’utilisation des médicaments. Un bon moyen de concilier la prise en charge de la douleur sans trop utiliser de médicaments est de choisir, quand c’est possible, des taureaux porteurs du gène sans cornes. J’ai actuellement 35 vaches dont la moitié de race Pie Rouge des Plaines. Cette année, j’ai commandé 30 doses de semences dont 21 sont issues de taureaux porteurs de ce gène. Quand j’écorne, j’interviens sur des veaux âgés de 4 ou 5 semaines. Je les attache aux cornadis et j’applique l’écorneur pendant 25 à 30 secondes sur chaque corne. Puis je désinfecte avec un produit iodé.

Oui. J’ai suivi la formation organisée en avril par le GDS de l’Orne avec notre vétérinaire. Jusqu’ici j’écornais les veaux femelles (environ 45 par an) jusqu’à un mois avec un brûleur électrique. Et je n’utilisais qu’un anti-inflammatoire. Grâce à cette formation, j’ai appris à réaliser une anesthésie locale et à détecter les cornillons beaucoup plus tôt. Je vais donc pouvoir les écorner dès l’âge de 8 à 15 jours. Je vais également leur administrer un sédatif avant l’écornage. J’ai investi dans une tondeuse de finition pour bien repérer le bourgeon cornual. Avec cette technique, il n’est plus nécessaire de mettre les veaux dans une cage de contention. On leur enlève donc une source de stress. Et avec une bonne organisation, il est possible d’écorner, seul et sans efforts, plusieurs veaux tout en travaillant dans le calme.

Non. En revanche, pour limiter le risque de douleur, j’essaie d’intervenir le plus tôt possible, c’est-à-dire sur des veaux âgés de moins de 15 jours. Dès que je sens le bourgeon cornual, je coupe les poils autour et je réalise un pré-marquage avec mon brûleur à gaz pour bien identifier la zone à brûler. Pour écorner les veaux dans de bonnes conditions, il faut que le fer soit suffisamment chaud et en bon état. J’utilise une cage de contention pour bien maintenir le veau. Dans ces conditions, l’écornage ne dure pas plus de 4 secondes par côté. C’est primordial pour éviter la douleur. Les veaux sont d’ailleurs plus bruyants quand on les met dans la cage que pendant l’écornage proprement dit. Il m’arrive cependant de mettre un anti-inflammatoire quand l’écornage dure trop longtemps ou si la plaie n’est pas très belle. Mais cela concerne une ou deux génisses par an sur une trentaine d’écornées (troupeau de 70 Prim’Holstein pour une référence de 600 000 l). J’applique de la teinture d’iode sur la plaie et je passe un coup de bombe d’aluminium pour la protéger surtout en été à cause des mouches. Avec cette technique, je pense limiter les risques et mes vétérinaires n’ont jamais constaté de problèmes particuliers suite à l’écornage de mes veaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière