Aller au contenu principal
Font Size

Êtes-vous passé de EARL ou SCEA en Gaec ?

Pour bénéficier de la transparence des Gaec, avez-vous décidé de changer de statut juridique et de passer en Gaec ? Ou avez-vous préféré conserver votre statut ?

OUI. Nous étions en SCEA à deux associés : notre Gaec familial à quatre associés et une exploitation individuelle. Ce montage faisait que nous étions considérés comme un Gaec partiel. Par conséquent, nous ne pouvions pas bénéficier de la transparence des Gaec ! L'an dernier, l'exploitant en individuel a arrêté le lait et nous avons récupéré ses parts sociales. Plus rien ne nous empêchait de passer en Gaec total. Nous avons donc déposé une demande d'agrément et nous l'avons reçu en septembre dernier. La SAU du Gaec est d'environ 500 hectares. La répartition du capital entre les associés est à peu près égalitaire. Donc, cela représentera une sacrée différence au niveau des aides PAC : plus de 50 000 euros.

NON. Nous sommes en EARL à cinq associés exploitants. Il y a trois ans, nous étions en Gaec à quatre associés. À l'époque, nous avions calculé qu'on ne perdait pas grand-chose en aides. En plus, on entendait dire que la transparence des Gaec allait tomber. Aujourd'hui, nous n'avons pas envie de refaire des démarches pour passer en Gaec. Surtout si c'est pour qu'on nous dise dans deux ans que finalement la transparence n'est plus reconnue.

L'EARL a des avantages. Ce statut permet d'installer plus facilement un jeune. Le capital social à reprendre est souvent moins important. Les associés peuvent décider que ce soit la société qui rembourse le prêt JA du jeune qui s'installe. Nous avons aussi choisi le statut EARL pour sa souplesse : un associé peut arrêter d'être exploitant et laisser ses parts dans la société ; on n'est pas obligé de travailler à 100% pour l'EARL.

OUI. Mon épouse et moi étions en EARL. Dès qu'il a été possible d'être reconnu Gaec, nous avons entrepris les démarches, même si la souplesse de l'EARL nous plaisait, notamment pour la transmission, plus facile en EARL. J'espère que nous ne regretterons pas, car le changement de statut a coûté environ 2000 euros. Nous avons reçu notre agrément le 5 mai 2015, juste à temps pour l'envoi de la déclaration PAC. Nous fonctionnions déjà comme un Gaec, mais nous n'avions pas la transparence. Cela va nous permettre de ne pas baisser en aides et même d'en toucher plus. Notre exploitation compte 115 hectares et le capital est réparti entre nous à parts égales. Pour le paiement redistributif sur les 52 premiers hectares, la prime à la vache laitière, et l'ICHN, nous avions calculé 6000 euros de plus entre l'EARL et le Gaec. Mais nous ne verrons pas la différence sur les aides 2015. Pour l'instant, nous avons reçu une avance, 90% des DPB, calculée sur la base d'un forfait dont personne n'est capable de nous dire comment il a été calculé. C'est à peu près équivalent à ce que touchait l'EARL en DPU. Il n'y a pas de versement d'ICHN vache laitière en 2015. Apparemment, le versement des aides ne sera pas régularisé avant la déclaration PAC 2016.

La question du mois prochain :

Êtes-vous prêt à introduire de la chicorée dans vos prairies ?
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière