Aller au contenu principal

Lutte contre le chardon
Epuiser les rhizomes par des fauches successives

Le fauchage au stade bouton floral en juin et à la fin de l´été est efficace.


En agriculture biologique, l´usage des pesticides étant proscrits, la lutte contre les chardons à rhizomes ne peut-être que mécanique. « Sans herbicide on peut contenir les chardons des champs (à rhizomes) à condition de ne jamais relâcher ses efforts », prévient Joseph Pousset, agrobiologiste dans l´Orne et conseiller indépendant. La stratégie de désherbage s´appuie sur la connaissance du fonctionnement du chardon des champs. « Au départ le chardon est peu compétitif. Mais très rapidement des bourgeons donnent naissance à des racines horizontales qui peuvent s´allonger de 6 à 7 m par an en conditions favorables. Ces racines ont des bourgeons qui deviendront des rhizomes et de futurs plants si l´on ne fait rien. »

Pour lutter contre ce chardon il faut donc combattre le système souterrain tout en empêchant la formation des graines. « La méthode la plus efficace consiste à faucher les chardons au stade bouton floral. » Concrètement cela revient la plupart du temps à faucher une première fois au mois de juin et une deuxième fois durant la seconde moitié du mois d´août voire au début du mois de septembre. « Avec cette stratégie le rhizome est détruit par épuisement lent. » Cette remarque est très importante. Elle permet en effet d´expliquer pourquoi dans certaines prairies fauchées trois ou quatre fois par an, le chardon continue à se multiplier. On fauche finalement des chardons avant qu´il n´aient envoyé leurs réserves dans les tiges aériennes. Des pousses peuvent donc redémarrer grâce aux réserves non utilisées.
©J. Pousset


Un dernier passage au vibroculteur
Pour les prairies temporaires on peut également travailler le sol de façon à faciliter le dessèchement des rhizomes à la surface du sol. Joseph Pousset préconise d´agir à la fin du printemps ou au début de l´été « parce que les rhizomes ont épuisé une partie de leurs réserves et que l´air est déjà chaud et sec. » Concrètement, ce spécialiste propose de détruire mécaniquement la prairie à la fin de l´hiver. « On passe ensuite un outil à disques à 4 ou 5 cm de profondeur puis trois passages d´outils à dents en travaillant de plus en plus profondément (8 à 10 cm, 12 à 15 cm et 20 à 25 cm). Ces passages sont espacés de quelques jours ». Le passage final d´un vibroculteur ou d´un gros cultivateur sur lequel Joseph Pousset a adapté des ailettes de 40 à 50 cm de largeur, permet de compléter la destruction des rhizomes.

Des rotations plus ou moins longues incluant cette technique s´avèrent efficaces pour maîtriser les chardons. Par contre, si la culture d´un engrais vert comme le radis fourrager ou une autre crucifère « permet de lutter contre le rumex », son efficacité sur chardon « est douteuse ». A contrario, une luzerne bien implantée et bien exploitée « présente un réel effet anti-chardons ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière