Aller au contenu principal

Epandage
Epandage - Epandage - Doser le lisier au doigt et à l’oeil avec le DPA

Gestion électronique. Le débit proportionnel à l’avancement améliore la précision et la traçabilité des épandages à condition de disposer d’une tonne à lisier correctement équipée pour le valoriser.

Les variations de vitesse de travail ne sont plus un facteur limitant avec le débit proportionnel à l'avancement
Les variations de vitesse de travail ne sont plus un facteur limitant avec le débit proportionnel à l'avancement
© Mauguin Citagri

Les dispositifs de gestion du débit proportionnel à l’avancement (DPA ou DPAE) ne sont plus réservés aux pulvérisateurs et autres distributeurs d’engrais. Les épandeurs de matière organique, notamment les tonnes à lisier, tirent partie de la précision de dosage offerte par ces gestions électroniques. Les contraintes réglementaires, la valorisation des effluents d’élevage et la rapidité d’intervention sont autant d’arguments qui plaident en faveur des systèmes DPA.

Pour autant, force est de constater que ce sont surtout les Cuma et ETA qui justifient plus facilement le surcoût d’un tel équipement (5 000 à 8 000 euros). Dans ces structures, le DPA facilite la gestion des chantiers, le chauffeur pouvant s’affranchir de la connaissance des parcelles et de la vitesse d’avancement, à partir du moment où il connaît sa largeur de travail et la dose. « Lorsque le chauffeur change d’équipement en passant d’une rampe à un enfouisseur, il n’a qu’à modifier la largeur de travail pour mettre à jour les réglages de l’appareil », illustre Aurélien Nucera, responsable marketing chez Pichon.

Le DPA ouvre la voie à l’épandage de précision

Le débit proportionnel à l’avancement est aussi un gage de traçabilité pour l’agriculteur qui dispose de tout l’historique d’épandage sur ses parcelles. Couplés à une barre de guidage GPS, certains dispositifs assurent une coupure automatique de l’épandage en fourrière. D’autres pourront bientôt exploiter une cartographie répertoriant les différentes doses à apporter selon les parcelles et ensuite générer une cartographie des épandages réalisés.

Attention toutefois à ne pas faire reposer la précision d’épandage sur ce seul dispositif électronique. « Avant d’investir dans un DPA, il faudra s’assurer de la qualité de répartition de l’équipement arrière, avertit Marc Baguette, responsable produit chez Joskin. Un agriculteur qui connaît bien ses parcelles et sa tonne à lisier peut d’ailleurs être très précis sans DPA ». L’utilisation d’une buse ou d’une rampe à buse aura ainsi du mal à se justifier avec un DPA. Ce type d’équipement n’est pas compatible avec de grandes variations de débit si l’on souhaite préserver la largeur de travail et la répartition transversale. Le DPA est dans ce cas utilisé dans son mode «manuel » en indiquant à l’utilisateur une consigne de vitesse à respecter.

Les enfouisseurs et les pendillards valorisent le DPA

« Seuls les rampes à pendillards et les enfouisseurs permettent de travailler en mode automatique, les variations de débit n’ayant pas d’impact sur la largeur de travail et la répartition transversale de ces équipements », assure Guillaume Nizan, technico-commercial chez Jeantil. À condition de disposer d’un broyeur répartiteur efficace, notamment en cas de lisier épais ou pailleux. « Le DPA ne règle pas non plus le délai d’amorçage et de désamorçage de la rampe à pendillards », ajoute Pierre Havard, responsable de la station des Cormiers, en Ille-et-Vilaine.

Concernant le pompage du lisier, la plupart des dispositifs DPA intègrent un capteur de débit mesurant le flux de lisier sortant de la tonne. Le type de pompe n’a donc en théorie aucune influence sur le fonctionnement du DPA. Dans les faits, certaines précautions s’imposent. « Les pompes à vide sont limitées à une pression de travail de 1 bar, ce qui restreint la plage de variation de débit », estime Pierre Havard. Face à cette contrainte, les constructeurs interviennent à différents niveaux. « Il faut adapter les sections de passage du lisier, réduire les pertes de charge ou encore monter un accélérateur de vidange », explique Guillaume Nizan. Une solution plus radicale, mais aussi plus coûteuse, consiste à remplacer la pompe à vide par une pompe volumétrique qui autorise des variations importantes de débit.



En savoir plus

Les DPA testés en 2011

La station expérimentale des Cormiers, de la chambre d’agriculture d’Ille-et-Vilaine, va mettre au point sur l’année 2011 une méthode d’essai des dispositifs DPA équipant les tonnes à lisier, en collaboration avec le Cemagref.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
Matthias Frei, éleveur en Gaec dans les Vosges
"A cause des sécheresses, nous élevons moins d'animaux"
Matthias Frei, en Gaec dans les Vosges avec des vaches laitières et allaitantes, témoigne d'un été qui pénalise encore les…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière