Aller au contenu principal

Environ 3000 nouvelles communes classées en zones vulnérables

Cinq arrêtés délimitant les nouvelles zones vulnérables aux nitrates ont été publiés. Dans certains bassins, le zonage définitif ne sera connu que cet été.

Les critères de classement sont largement critiqués par la profession agricole pour leur absence de fondement scientifique.
Les critères de classement sont largement critiqués par la profession agricole pour leur absence de fondement scientifique.
© C. Gloria

Dans sa condamnation de juin 2013, la cour de justice européenne visait l'insuffisance des zones vulnérables délimitées en 2007, dans les bassins Adour-Garonne, Loire-Bretagne, Rhin-Meuse et Rhône-Méditerranée. Et les extensions arrêtées en 2012 étaient jugées insuffisantes.

En juillet 2014, le ministère de l'Écologie présentait sa proposition d'extension des zones vulnérables, et annonçait une consultation publique. Puis, l'arrêté français du 5 mars arrêtait une méthode (du percentile 90) et des critères de classement (seuil de 18 mg/l dans les eaux superficielles) face au risque eutrophisation. La profession agricole a largement critiqué ces normes pour leur absence de fondement scientifique. Après une forte mobilisation des agriculteurs, les nouvelles zones vulnérables commencent à prendre forme avec la publication de cinq arrêtés sur les six attendus. "Une réduction de 30 à 40% des nouvelles zones a pu être obtenue, en fonction des bassins, par rapport au projet du ministère de l'écologie de l'été dernier", indique la FNSEA.

De grandes extensions dans le Centre et le Sud-Ouest de la France

Dans le bassin Adour-Garonne, 1437 communes (au lieu de 1 635 prévues l'été dernier) s'ajoutent aux 2017 déjà classées en 2012. Les adaptations ont permis de réduire de 36% la surface de nouvelles zones vulnérables. Dans le bassin Loire-Bretagne, l'extension est également importante, avec 1021 communes nouvellement classées, dont 306 sont partiellement classées.

Le bassin Rhin-Meuse était visé par la justice européenne. Mais la publication de l'arrêté est retardée par l'annulation, par le tribunal administratif de Strasbourg, de l'arrêté de délimitation des zones vulnérables de 2012. "L'État n'a pas fait appel du jugement. Ce bassin repart donc du zonage 2007 pour définir les zones 2015", indique la FNSEA.

Dans les trois autres bassins, 271 communes (363 prévues l'été dernier) s'ajoutent aux 1290 déjà classées en Rhône-Méditerranée. 232 communes pourront faire l'objet d'une délimitation infracommunale, d'ici l'été. Plus de 90% des communes du bassin Seine-Normandie sont désormais classées, avec 239 nouvelles communes (286 communes prévues l'été dernier). 114 de ces communes pourront faire l'objet d'une délimitation infra-communale, d'ici l'été 2015.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
tourteau stocké à la ferme
Dépendance au soja : La diversification des ressources protéiques s'accélère en filière bovin lait
Répondre à la demande en "zéro déforestation". Réduire l'exposition à la volatilité prix. Améliorer le bilan carbone. La…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Un projet bâtiment, ça ne s’improvise pas
Une enquête auprès de 456 éleveurs laitiers français ayant construit un bâtiment depuis moins de dix ans a été menée au printemps…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière