Aller au contenu principal
Font Size

Environ 3000 nouvelles communes classées en zones vulnérables

Cinq arrêtés délimitant les nouvelles zones vulnérables aux nitrates ont été publiés. Dans certains bassins, le zonage définitif ne sera connu que cet été.

Les critères de classement sont largement critiqués par la profession agricole pour leur absence de fondement scientifique.
Les critères de classement sont largement critiqués par la profession agricole pour leur absence de fondement scientifique.
© C. Gloria

Dans sa condamnation de juin 2013, la cour de justice européenne visait l'insuffisance des zones vulnérables délimitées en 2007, dans les bassins Adour-Garonne, Loire-Bretagne, Rhin-Meuse et Rhône-Méditerranée. Et les extensions arrêtées en 2012 étaient jugées insuffisantes.

En juillet 2014, le ministère de l'Écologie présentait sa proposition d'extension des zones vulnérables, et annonçait une consultation publique. Puis, l'arrêté français du 5 mars arrêtait une méthode (du percentile 90) et des critères de classement (seuil de 18 mg/l dans les eaux superficielles) face au risque eutrophisation. La profession agricole a largement critiqué ces normes pour leur absence de fondement scientifique. Après une forte mobilisation des agriculteurs, les nouvelles zones vulnérables commencent à prendre forme avec la publication de cinq arrêtés sur les six attendus. "Une réduction de 30 à 40% des nouvelles zones a pu être obtenue, en fonction des bassins, par rapport au projet du ministère de l'écologie de l'été dernier", indique la FNSEA.

De grandes extensions dans le Centre et le Sud-Ouest de la France

Dans le bassin Adour-Garonne, 1437 communes (au lieu de 1 635 prévues l'été dernier) s'ajoutent aux 2017 déjà classées en 2012. Les adaptations ont permis de réduire de 36% la surface de nouvelles zones vulnérables. Dans le bassin Loire-Bretagne, l'extension est également importante, avec 1021 communes nouvellement classées, dont 306 sont partiellement classées.

Le bassin Rhin-Meuse était visé par la justice européenne. Mais la publication de l'arrêté est retardée par l'annulation, par le tribunal administratif de Strasbourg, de l'arrêté de délimitation des zones vulnérables de 2012. "L'État n'a pas fait appel du jugement. Ce bassin repart donc du zonage 2007 pour définir les zones 2015", indique la FNSEA.

Dans les trois autres bassins, 271 communes (363 prévues l'été dernier) s'ajoutent aux 1290 déjà classées en Rhône-Méditerranée. 232 communes pourront faire l'objet d'une délimitation infracommunale, d'ici l'été. Plus de 90% des communes du bassin Seine-Normandie sont désormais classées, avec 239 nouvelles communes (286 communes prévues l'été dernier). 114 de ces communes pourront faire l'objet d'une délimitation infra-communale, d'ici l'été 2015.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière