Aller au contenu principal

Ensilage d'herbe : prenez un bon départ au champ

Économie de correcteur azoté, stocks de qualité, diversification des sources alimentaires... sont autant de bonnes raisons pour peaufiner sa technique de récolte. Le point avec Orne conseil élevage.

Faucher sans conditionneur permet de préserver les tiges et les feuilles et par conséquent d’accélérer le séchage au champs par évapotranspiration jusqu’à 35 % de MS.
Faucher sans conditionneur permet de préserver les tiges et les feuilles et par conséquent d’accélérer le séchage au champs par évapotranspiration jusqu’à 35 % de MS.
© Kverneland Group

Une vingtaine d'échantillons d'ensilages d'herbe dûment identifiés ont été déposés sur des tables par une technicienne d'Orne Conseil Elevage. Leurs points communs ? Ils sont tous issus d'une fauche au premier cycle. Et ils ont été sélectionnés parmi les soixante échantillons prélevés dans les exploitations ayant participé au deuxième concours du meilleur ensilage d'herbe organisé par l'entreprise. En revanche, côté couleur, odeur, longueur des brins, aspect général..., les éleveurs présents le 27 mars à la remise des prix ont constaté que l'hétérogénéité était de mise. Autrement dit, la qualité des fourrages était extrêmement variée. Tout l'enjeu du concours et du service Scan'Récolte Herbe (lire encadré) est justement de tirer vers le haut la qualité des ensilages d'herbe pour réaliser des économies sur les correcteurs azotés... « Avec une ration à base d'ensilage de maïs (12 kg de MS) et d'ensilage d'herbe (3,5 kg de MS), tout deux à 35 % de MS, permettant de produire 28 kg de lait/v/j, il est possible d'économiser 1 kg de tourteau de soja/v/j (2 kg contre 3 kg/v/j) quand la teneur en MAT de l'ensilage d'herbe passe de 7 à 18 % », a souligné Guilène Duboc, référent herbe à Orne conseil élevage. « Avec un soja à 450 euros/t, on peut économiser 20 euros/1000 litres de lait sur le coût de la ration ».

Des andains larges et bien aérés pour accélérer le séchage

Or, plus on récolte tard, plus la valeur en MAT de l'ensilage diminue. Lors du premier cycle, elle varie « de 17 à 25 % au stade feuillu contre 10 à 15 % au stade épiaison bourgeonnement selon les espèces de graminées ». En revanche le rendement évolue en sens inverse. Tout est affaire de compromis. Mieux vaut si possible récolter tôt quand l'ensilage est destiné aux vaches laitières. A contrario, s'il est distribué aux génisses, il est possible de privilégier un peu plus le rendement quitte à perdre un peu en valeur alimentaire. Guilène Duboc préconise de viser « 35 % de matière sèche et de faucher à 6 ou 7 cm de hauteur pour éviter de récolter du fourrage humide et de la terre. » Cette hauteur est également favorable « à la vitesse de repousse de l'herbe et à la pérennité de la prairie ». Un fauchage l'après midi est préférable pour deux raisons : le fourrage est plus riche en sucres et sèche plus vite. « Il faut préfaner le plus rapidement possible après la coupe pour diminuer la consommation de sucres au champs et faciliter le séchage. Cela permet d'améliorer la fermentation dans le silo et de produire un fourrage plus digestible et ingestible ».

Des andains larges et bien aérés pour accélérer le séchage

Par ailleurs, les andains doivent être larges et bien aérés « pour faciliter l'accès à la lumière et la chaleur ». Une fois ces étapes au champs maîtrisées, il faudra bien sûr veiller à la qualité du tassage mais aussi à la couverture et à la dimension du silo pour assurer une bonne conservation au fourrage. L'EARL de Landegas, le Gaec Princetown et le Gaec de la Pilonais, les trois premières du classement du concours, l'ont certainement déjà bien intégré.

Déclencher la fauche au bon moment avec Scan'Récolte Herbe

Orne Conseil élevage propose désormais à ses adhérents le service Scan'Récolte Herbe. Il s'appuie sur un suivi des parcelles de fauche avant récolte. Durant trois semaines, un technicien réalise des mesures hebdomadaires à l'herbomètre pour évaluer le rendement. La richesse en MAT du fourrage et sa teneur en matière sèche sont également mesurés avec l'AgriNIR. « Dès les premiers jours de beau temps, l’éleveur peut choisir de déclencher ou non la fauche en connaissant la qualité et la quantité d’herbe dans sa parcelle », indique Guilène Duboc. Les résultats sont envoyés par mail sous trois jours. Tarif pour les adhérents : 50 euros HT par parcelle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Les incertitudes - météo, Covid-19, demande chinoise - pèsent sur les équilibres des marchés laitiers.
Les prix des produits laitiers très élevés en octobre novembre
Les cotations de beurre, crème, poudre de lait, de lactosérum, fromages européens... affichaient des niveaux particulièrement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière