Aller au contenu principal

Ensilage d'herbe : prenez un bon départ au champ

Économie de correcteur azoté, stocks de qualité, diversification des sources alimentaires... sont autant de bonnes raisons pour peaufiner sa technique de récolte. Le point avec Orne conseil élevage.

Faucher sans conditionneur permet de préserver les tiges et les feuilles et par conséquent d’accélérer le séchage au champs par évapotranspiration jusqu’à 35 % de MS.
Faucher sans conditionneur permet de préserver les tiges et les feuilles et par conséquent d’accélérer le séchage au champs par évapotranspiration jusqu’à 35 % de MS.
© Kverneland Group

Une vingtaine d'échantillons d'ensilages d'herbe dûment identifiés ont été déposés sur des tables par une technicienne d'Orne Conseil Elevage. Leurs points communs ? Ils sont tous issus d'une fauche au premier cycle. Et ils ont été sélectionnés parmi les soixante échantillons prélevés dans les exploitations ayant participé au deuxième concours du meilleur ensilage d'herbe organisé par l'entreprise. En revanche, côté couleur, odeur, longueur des brins, aspect général..., les éleveurs présents le 27 mars à la remise des prix ont constaté que l'hétérogénéité était de mise. Autrement dit, la qualité des fourrages était extrêmement variée. Tout l'enjeu du concours et du service Scan'Récolte Herbe (lire encadré) est justement de tirer vers le haut la qualité des ensilages d'herbe pour réaliser des économies sur les correcteurs azotés... « Avec une ration à base d'ensilage de maïs (12 kg de MS) et d'ensilage d'herbe (3,5 kg de MS), tout deux à 35 % de MS, permettant de produire 28 kg de lait/v/j, il est possible d'économiser 1 kg de tourteau de soja/v/j (2 kg contre 3 kg/v/j) quand la teneur en MAT de l'ensilage d'herbe passe de 7 à 18 % », a souligné Guilène Duboc, référent herbe à Orne conseil élevage. « Avec un soja à 450 euros/t, on peut économiser 20 euros/1000 litres de lait sur le coût de la ration ».

Des andains larges et bien aérés pour accélérer le séchage

Or, plus on récolte tard, plus la valeur en MAT de l'ensilage diminue. Lors du premier cycle, elle varie « de 17 à 25 % au stade feuillu contre 10 à 15 % au stade épiaison bourgeonnement selon les espèces de graminées ». En revanche le rendement évolue en sens inverse. Tout est affaire de compromis. Mieux vaut si possible récolter tôt quand l'ensilage est destiné aux vaches laitières. A contrario, s'il est distribué aux génisses, il est possible de privilégier un peu plus le rendement quitte à perdre un peu en valeur alimentaire. Guilène Duboc préconise de viser « 35 % de matière sèche et de faucher à 6 ou 7 cm de hauteur pour éviter de récolter du fourrage humide et de la terre. » Cette hauteur est également favorable « à la vitesse de repousse de l'herbe et à la pérennité de la prairie ». Un fauchage l'après midi est préférable pour deux raisons : le fourrage est plus riche en sucres et sèche plus vite. « Il faut préfaner le plus rapidement possible après la coupe pour diminuer la consommation de sucres au champs et faciliter le séchage. Cela permet d'améliorer la fermentation dans le silo et de produire un fourrage plus digestible et ingestible ».

Des andains larges et bien aérés pour accélérer le séchage

Par ailleurs, les andains doivent être larges et bien aérés « pour faciliter l'accès à la lumière et la chaleur ». Une fois ces étapes au champs maîtrisées, il faudra bien sûr veiller à la qualité du tassage mais aussi à la couverture et à la dimension du silo pour assurer une bonne conservation au fourrage. L'EARL de Landegas, le Gaec Princetown et le Gaec de la Pilonais, les trois premières du classement du concours, l'ont certainement déjà bien intégré.

Déclencher la fauche au bon moment avec Scan'Récolte Herbe

Orne Conseil élevage propose désormais à ses adhérents le service Scan'Récolte Herbe. Il s'appuie sur un suivi des parcelles de fauche avant récolte. Durant trois semaines, un technicien réalise des mesures hebdomadaires à l'herbomètre pour évaluer le rendement. La richesse en MAT du fourrage et sa teneur en matière sèche sont également mesurés avec l'AgriNIR. « Dès les premiers jours de beau temps, l’éleveur peut choisir de déclencher ou non la fauche en connaissant la qualité et la quantité d’herbe dans sa parcelle », indique Guilène Duboc. Les résultats sont envoyés par mail sous trois jours. Tarif pour les adhérents : 50 euros HT par parcelle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière