Aller au contenu principal
Font Size

Circulation des véhicules agricoles
« Encore beaucoup de démarches administratives pour rouler à 40 km/h »

Même si les demandes en véhicules agricoles se déplaçant à 40 km/h en France restent encore limitées, constructeurs, syndicat, administrations. travaillent en synergie pour homologuer de nouveaux véhicules agricoles qui seront proposés prochainement à la vente.


Le travail de conception, de construction et d´homologation des véhicules agricoles à 40 km/h est enclenché chez les constructeurs de matériel agricole et à leur syndicat (SNCVA) qui mutualise les informations et les démarches.
Ainsi, il existe actuellement un modèle de remorque agraire en cours d´homologation (20 500 kg - dans l´attente des procès verbaux) pour circuler à 40 km/h en France. Quelques constructeurs ont présenté chacun leur version au Sima de Paris.

L´administration doit suivre
Pour Sylvain Carpentier, de la société Dangreville, « la législation avance lentement. S´il y a une accélération des démarches administratives, les exploitants, les entrepreneurs et les adhérents de Cuma seront peut-être plus nombreux à s´intéresser à ces véhicules réceptionnés à 40 km/h. Aussi, ce type véhicule intéressera le monde agricole si la capacité de charge reste important tout en se déplaçant plus rapidement ». Techniquement, certains acheteurs s´intéressent aux véhicules équipés de freinage mixte, pneumatique et hydraulique, dans l´hypothèse où le freinage hydraulique serait retenu pour circuler à 40 km/h. Le diamètre des roues doit aussi être adapté à la charge à supporter et à la vitesse de déplacement.
La vitesse maximale de déplacement sur route d´un véhicule agricole tracté, mentionnée sur le certificat de la Drire, est encore de 25 km/h pour la France. ©S. Leitenberger

Toujours à 25 km/h
Les solutions techniques apportées pour se déplacer à 40 km/h avec un véhicule tracté occasionnent évidemment un surcoût. Sylvain Carpentier l´estime « à 3 000 euros minimum en y intégrant le freinage et le répartiteur. A cela s´ajoute la monte de pneumatiques qui doit être adaptée aux véhicules, mais aussi aux utilisations envisagées ».
Toutefois lors de l´achat, une réflexion s´opère pour essayer d´anticiper et d´envisager l´utilité pour l´exploitant de rouler à 40 km/h dans le futur. « Il y a des demandes, certes limitées, pour des équipements de freinage avec des tambours de grands diamètres et du freinage mixte à air et hydraulique. Toutefois nous sommes dans l´attente de pouvoir élargir l´offre des 40 km/h », ajoute Sylvain Carpentier.

La demande reste faible
Pour Michel Chatellier, directeur commercial des remorques Rolland, « la demande pour l´acquisition de véhicules réceptionnés à 40 km/h est extrêment faible. Je pense que certains se déplacent déjà à cette vitesse sans que leur véhicule y soit autorisé, à leurs risques, mais attention aux contrôles de vitesse qui semblent se multiplier ».
Dans tous les cas, les démarches et la recherche se poursuivent pour permettre d´offrir un plus grand nombre de véhicules autorisés à circuler à 40 km/h, tout en disposant d´une capacité de charge optimale et d´une sécurité garantie.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière