Aller au contenu principal

Circulation des véhicules agricoles
« Encore beaucoup de démarches administratives pour rouler à 40 km/h »

Même si les demandes en véhicules agricoles se déplaçant à 40 km/h en France restent encore limitées, constructeurs, syndicat, administrations. travaillent en synergie pour homologuer de nouveaux véhicules agricoles qui seront proposés prochainement à la vente.


Le travail de conception, de construction et d´homologation des véhicules agricoles à 40 km/h est enclenché chez les constructeurs de matériel agricole et à leur syndicat (SNCVA) qui mutualise les informations et les démarches.
Ainsi, il existe actuellement un modèle de remorque agraire en cours d´homologation (20 500 kg - dans l´attente des procès verbaux) pour circuler à 40 km/h en France. Quelques constructeurs ont présenté chacun leur version au Sima de Paris.

L´administration doit suivre
Pour Sylvain Carpentier, de la société Dangreville, « la législation avance lentement. S´il y a une accélération des démarches administratives, les exploitants, les entrepreneurs et les adhérents de Cuma seront peut-être plus nombreux à s´intéresser à ces véhicules réceptionnés à 40 km/h. Aussi, ce type véhicule intéressera le monde agricole si la capacité de charge reste important tout en se déplaçant plus rapidement ». Techniquement, certains acheteurs s´intéressent aux véhicules équipés de freinage mixte, pneumatique et hydraulique, dans l´hypothèse où le freinage hydraulique serait retenu pour circuler à 40 km/h. Le diamètre des roues doit aussi être adapté à la charge à supporter et à la vitesse de déplacement.
La vitesse maximale de déplacement sur route d´un véhicule agricole tracté, mentionnée sur le certificat de la Drire, est encore de 25 km/h pour la France. ©S. Leitenberger

Toujours à 25 km/h
Les solutions techniques apportées pour se déplacer à 40 km/h avec un véhicule tracté occasionnent évidemment un surcoût. Sylvain Carpentier l´estime « à 3 000 euros minimum en y intégrant le freinage et le répartiteur. A cela s´ajoute la monte de pneumatiques qui doit être adaptée aux véhicules, mais aussi aux utilisations envisagées ».
Toutefois lors de l´achat, une réflexion s´opère pour essayer d´anticiper et d´envisager l´utilité pour l´exploitant de rouler à 40 km/h dans le futur. « Il y a des demandes, certes limitées, pour des équipements de freinage avec des tambours de grands diamètres et du freinage mixte à air et hydraulique. Toutefois nous sommes dans l´attente de pouvoir élargir l´offre des 40 km/h », ajoute Sylvain Carpentier.

La demande reste faible
Pour Michel Chatellier, directeur commercial des remorques Rolland, « la demande pour l´acquisition de véhicules réceptionnés à 40 km/h est extrêment faible. Je pense que certains se déplacent déjà à cette vitesse sans que leur véhicule y soit autorisé, à leurs risques, mais attention aux contrôles de vitesse qui semblent se multiplier ».
Dans tous les cas, les démarches et la recherche se poursuivent pour permettre d´offrir un plus grand nombre de véhicules autorisés à circuler à 40 km/h, tout en disposant d´une capacité de charge optimale et d´une sécurité garantie.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière