Aller au contenu principal

Circulation des véhicules agricoles
« Encore beaucoup de démarches administratives pour rouler à 40 km/h »

Même si les demandes en véhicules agricoles se déplaçant à 40 km/h en France restent encore limitées, constructeurs, syndicat, administrations. travaillent en synergie pour homologuer de nouveaux véhicules agricoles qui seront proposés prochainement à la vente.


Le travail de conception, de construction et d´homologation des véhicules agricoles à 40 km/h est enclenché chez les constructeurs de matériel agricole et à leur syndicat (SNCVA) qui mutualise les informations et les démarches.
Ainsi, il existe actuellement un modèle de remorque agraire en cours d´homologation (20 500 kg - dans l´attente des procès verbaux) pour circuler à 40 km/h en France. Quelques constructeurs ont présenté chacun leur version au Sima de Paris.

L´administration doit suivre
Pour Sylvain Carpentier, de la société Dangreville, « la législation avance lentement. S´il y a une accélération des démarches administratives, les exploitants, les entrepreneurs et les adhérents de Cuma seront peut-être plus nombreux à s´intéresser à ces véhicules réceptionnés à 40 km/h. Aussi, ce type véhicule intéressera le monde agricole si la capacité de charge reste important tout en se déplaçant plus rapidement ». Techniquement, certains acheteurs s´intéressent aux véhicules équipés de freinage mixte, pneumatique et hydraulique, dans l´hypothèse où le freinage hydraulique serait retenu pour circuler à 40 km/h. Le diamètre des roues doit aussi être adapté à la charge à supporter et à la vitesse de déplacement.
La vitesse maximale de déplacement sur route d´un véhicule agricole tracté, mentionnée sur le certificat de la Drire, est encore de 25 km/h pour la France. ©S. Leitenberger

Toujours à 25 km/h
Les solutions techniques apportées pour se déplacer à 40 km/h avec un véhicule tracté occasionnent évidemment un surcoût. Sylvain Carpentier l´estime « à 3 000 euros minimum en y intégrant le freinage et le répartiteur. A cela s´ajoute la monte de pneumatiques qui doit être adaptée aux véhicules, mais aussi aux utilisations envisagées ».
Toutefois lors de l´achat, une réflexion s´opère pour essayer d´anticiper et d´envisager l´utilité pour l´exploitant de rouler à 40 km/h dans le futur. « Il y a des demandes, certes limitées, pour des équipements de freinage avec des tambours de grands diamètres et du freinage mixte à air et hydraulique. Toutefois nous sommes dans l´attente de pouvoir élargir l´offre des 40 km/h », ajoute Sylvain Carpentier.

La demande reste faible
Pour Michel Chatellier, directeur commercial des remorques Rolland, « la demande pour l´acquisition de véhicules réceptionnés à 40 km/h est extrêment faible. Je pense que certains se déplacent déjà à cette vitesse sans que leur véhicule y soit autorisé, à leurs risques, mais attention aux contrôles de vitesse qui semblent se multiplier ».
Dans tous les cas, les démarches et la recherche se poursuivent pour permettre d´offrir un plus grand nombre de véhicules autorisés à circuler à 40 km/h, tout en disposant d´une capacité de charge optimale et d´une sécurité garantie.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Les incertitudes - météo, Covid-19, demande chinoise - pèsent sur les équilibres des marchés laitiers.
Les prix des produits laitiers très élevés en octobre novembre
Les cotations de beurre, crème, poudre de lait, de lactosérum, fromages européens... affichaient des niveaux particulièrement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière