Aller au contenu principal

[Ophtalmie] Des vaches qui pleurent des deux yeux

Les larmes ne disent rien de la cause de l’irritation.
© J.-M. Nicol

En plein été vous vous dites sans doute que les mouches sont à la manœuvre et qu’elles assaisonnent de bactéries de la « kératite estivale » les yeux où elles vont s’abreuver. Et vous avez toutes les chances d’avoir raison surtout si le troupeau de votre voisin est en train d’y passer aussi et que vos animaux ont été épargnés l’été dernier. Si vous avez raison, ça n’est pas une raison pour remettre à demain l’examen rapproché des animaux dont la vision pourrait être irrémédiablement perdue si vous retardez le traitement de deux jours.

Oui mais, sans évoquer les traumatismes, vous imaginez bien qu’il n’y a pas qu’une seule maladie capable d’irriter les yeux des bovins en leur collant une conjonctivite dans le cas le plus banal ou une sévère ophtalmie dans le pire des cas.

Des mouches, bien sûr, mais pas que les mouches !

Avec la consommation de fourrages ensilés ou enrubannés, on déplore des kératites assez semblables aux précédentes mais provoquées par la listeria, capable d’atteindre un très grand effectif surtout si les animaux la consomment la tête en l’air dans un râtelier. Quoi d’autre ? Quelques maladies virales contagieuses ou non ne se contentent pas d’endommager les deux yeux en même temps ; elles provoquent généralement d’autres troubles qui pour une au moins de ces maladies se terminent mal. D’une façon générale, si les deux yeux d’un même animal pleurent et se voilent ou bien s’il n’y a aucune raison de mettre en cause les mouches, ne cherchez pas trop longtemps à faire porter le chapeau à la poussière propulsée par la pailleuse. Parlez-en rapidement au vétérinaire qui devra investiguer ces maladies.

Dans tous les cas, allez regarder si une herbe n’aurait pas trouvé refuge dans les replis de la conjonctive et profitez-en pour évaluer la gravité de l’ophtalmie. La pommade que vous vous apprêtez à appliquer même trois fois par jour sera inopérante si vous voyez une zone rouge ou blanche là où l’œil devrait être transparent, si vous distinguez une érosion à sa surface ou si l’intérieur de l’œil ne vous paraît pas bien normal.

"Ne cherchez pas à faire porter le chapeau à la poussière"
 

Lire aussi : [Signes de vaches] Mais que me dit cette vache ?

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière