Aller au contenu principal

Cultures fourragères
En situation sèche, le sorgho rivalise avec le maïs

Le sorgho, culture faible consommatrice d´eau et d´azote, présente un intérêt en conditions limitantes pour le maïs.


Le sorgho, plus rustique que le maïs, présente des atouts agronomiques indéniables. « Grâce à son système racinaire, le sorgho extrait l´eau plus efficacement qu´un maïs : environ 500 mm3 d´eau par ha de plus que le maïs, ce qui correspond à un apport d´eau de 50 mm/ha. D´autre part, il a des besoins en eau inférieurs de 100 mm par rapport au maïs », expose Jean-Luc Verdier, d´Arvalis-Institut du végétal. Ces deux atouts permettent au sorgho de dégager des rendements régulièrement supérieurs à ceux du maïs lorsque le rendement de celui-ci ne dépasse pas 10 t de MS/ha. En conditions favorables au maïs, le sorgho perd son intérêt. Par conséquent, « sur une exploitation où l´irrigation est limitante, l´eau est réservée au maïs pour qu´il exprime pleinement son potentiel, et le sorgho valorise les parcelles peu ou pas irriguées. Mais attention, en conditions très séchantes (rendement du maïs inférieur à 8 t de MS), cultiver une bonne luzerne ou une prairie de longue durée est préférable », précise une publication Institut de l´élevage - Arvalis.
Le sorgho valorise bien les parcelles en déficit hydrique.

Ecologiquement et financièrement correct
« Le sorgho valorise bien les ressources en éléments fertilisants. Il a donc de faibles besoins en azote (30 à 130 unités/ha) et en phosphore et potassium (0 à 70 unités P2O5 et K2O), et laisse peu de reliquats. Peu sensible aux maladies et insectes, il reçoit en moyenne entre 0 et 1 insecticide contre les pucerons ou la sésamie », dépeint Jean-Luc Verdier, d´Arvalis. En outre, le coût de semence à l´hectare est très inférieur à celui du maïs, bien qu´il faille trois fois plus de graines. Au total, l´économie est d´environ 100 euros à l´hectare comparé à un maïs. Le désherbage est le poste le plus sensible. « Le sorgho est une espèce sensible à la concurrence précoce des mauvaises herbes, car elle s´implante lentement. Les solutions chimiques performantes manquent et l´interdiction de l´atrazine compliquera la lutte contre les dicotylédones », explique Jean-Luc Verdier, d´Arvalis-Institut du végétal.
©RAGT Semences


Récolter au stade laiteux-pâteux
L´épi du sorgho est nu, donc plus sensible que celui du maïs à l´influence du vent et du soleil, ce qui réduit la souplesse à la récolte. L´évolution de la teneur en MS est très rapide. Après le stade laiteux (25-30 % MS), la teneur en MS de la plante entière évolue de 0,6 à 0,7 point par jour. Pour avoir une valeur énergétique optimale, il faut éviter que les grains ne deviennent trop durs, c´est-à-dire récolter au stade laiteux-pâteux (45-50 % MS pour l´épi, 30-32 % pour la plante entière). La maturité des grains étant échelonnée sur l´épi, ce stade correspond à des grains pâteux au sommet de l´épi, laiteux-pâteux au centre et laiteux (encore verts) à la base de l´épi. Si l´éleveur peut irriguer son sorgho, il convient d´apporter l´eau à la période la plus sensible pour la plante, c´est-à-dire entre 60 et 90 jours de végétation (montaison). Il est conseillé de ne pas dépasser 2 à 3 irrigations de 30 à 40 mm et de ne pas irriguer trop tardivement, car cela maintient le sorgho très vert et retarde la récolte.
Du sorgho plutôt que du maïs sans grains.

©RAGT Semences

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière