Aller au contenu principal

En Italie du Nord, des bâtiments qui visent le confort optimal des vaches

Avec des vaches tout le temps en bâtiment et des conditions estivales chaudes, les Italiens travaillent la qualité du couchage, le confort des aires d’exercice et la ventilation. Observations de voyage du GIE élevage de Bretagne.

Le bâtiment de l’azienda Bellaviti est un grand bipente (14 m au faîtage, 33 % 
de pente), non bardé.
Le bâtiment de l’azienda Bellaviti est un grand bipente (14 m au faîtage, 33 %
de pente), non bardé.
© GIE élevage de Bretagne

« En Bretagne, les vaches passent de plus en plus de temps en bâtiment, et avec le changement climatique, il faut s’attendre à une belle saison de plus en plus chaude (même si ce printemps contredit les évolutions attendues). Nous avons donc choisi de proposer aux concepteurs et constructeurs Charte  qualité bâtiments bovins de Bretagne de visiter l’Italie du Nord et ses grands troupeaux tout le temps en bâtiment », expose Jacques Charlery, animateur régional bâtiment au GIE élevage de Bretagne. La trentaine de participants au voyage a visité la ferme expérimentale de l’université de Milan et cinq élevages(1).
L’université de Milan travaille entre autres sur l’amélioration de l’efficacité des bâtiments en termes de résultat sur le bien-être et la qualité du lait. « Ils décrivent comment influent sur les vaches la température, la vitesse de l’air, l’humidité relative de l’air, la lumière et les gaz toxiques (ammoniac). Par exemple, s’il fait trop chaud (plus de 25-27 °C), les vaches restent debout, donc la rumination diminue, et la production baisse. La fertilité baisse aussi. Plus la production laitière augmente, plus la sensibilité à la chaleur augmente. L’humidité élevée en période chaude diminue l’efficacité de la thermorégulation », cite à titre d’exemple Jacques Charlery.
Dans un des élevages visités, le groupe voit trois époques de bâtiments : le plus ancien est fermé et bas de toiture, puis l’éleveur a testé des niches à vaches, pour enfin élever une structure haute et très ouverte.
Pour que les vaches ne souffrent pas de la chaleur en été, tout est conçu pour faire circuler l’air. Les structures sont ouvertes. La pente des toits est forte (30 %) pour augmenter les volumes d’air. « Nous avons vu des toitures monopentes décalées. » Pourtant, les hivers sont froids et neigeux. « Même si chez nous il fait plus humide et venteux, cela suggère que nous fermons peut-être trop nos bâtiments », s’interroge Jacques Charlery.



Le rainurage en épides bétons facilite les écoulements


Pour améliorer la circulation de l’air, les Italiens jouent aussi sur l’éloignement des bâtiments entre eux. « Ils utilisent tous des ventilateurs ou des déstratificateurs (ventilateurs à grandes pales), et de la brumisation, même si certains ont arrêté de brumiser si ça glisse. La brumisation du couloir d’exercice peut aussi amener les vaches à se coucher devant l’auge. Certains humidifient donc les vaches en sortie de salle de traite. Un des éleveurs visités les asperse sur l’aire d’attente. »
L’isolation des toitures pour diminuer les amplitudes thermiques est aussi essentielle. « La tôle isolée coûte plus cher que du fibrociment, mais peu d’éleveurs ont des translucides, car ça chauffe dessous. »
Le groupe a été marqué par le rainurage en épi (réalisé sur béton frais), qui facilite les écoulements et permet aux bétons de sécher plus vite. Moins de glissades, moins d’émanation d’ammoniac : une astuce vraiment intéressante qui commence à faire parler d’elle en France.
Ce qui frappe aussi le groupe, ce sont ces « aziende » qui emploient beaucoup de salariés étrangers (Égyptiens, Vietnamiens), pour la traite et le soin aux animaux. « Ils sont compétents et bien rémunérés (environ 2000 €/mois). La différence avec la France doit se situer au niveau de la réglementation du travail. En Italie, le temps de travail est annualisé, donc ils travaillent 7j/7 pendant une période, puis repartent chez eux », souligne Jacques Charlery. Du coup, il y a peu de besoin en automatisation, de la traite ou de l’alimentation. L’entretien des logettes et la distribution de la ration sont mécanisés.


Beaucoup de salariés, peu d’automatisation


La plupart des bâtiments sont en structure métallique, avec toiture métallique. « Mais nous avons constaté que l’intégration paysagère commence à être imposée, avec l’obligation d’utiliser du bois, des briques, des murs peints en jaune ‘Lombard’. Les prix des bâtiments semblent proches des nôtres. »
Enfin, trois exploitations ont investi dans le photovoltaïque, et trois ont investi dans la méthanisation (prix d’achat de l’électricité de 0,28 €/kWh). Trois exploitations ont un séparateur de phase. « Ils mettent en avant la facilité de gestion (stockage et épandage) et la meilleure valorisation d’une phase solide et d’une phase liquide distinctes. »


(1) Voyage d’étude réalisé dans le cadre des animations proposées par le comité régional Bâtiment du GIE élevage de Bretagne

Les chiffres clés de l'élevage bovin laitier en Italie

• 36 000 exploitations laitières
• 11,5 milliards de litres de lait (chiffres 2011) produits en Italie
• 82 % du lait est produit en Italie du Nord
• Plus de 100, voire plusieurs centaines de vaches par exploitation en Italie du Nord
• 530 000 litres par exploitation de quota moyen en Lombardie, en 2006

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
De meilleures carrières avec des vêlages précoces
La ferme expérimentale des Trinottières publie une synthèse de ses vingt années d’essais sur l’élevage des génisses. Le parcours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière