Aller au contenu principal

Réseau européen d´élevages laitiers
En France, les faibles productivités pénalisent la rentabilité


Chaque année, European dairy farmers (EDF), réseau de fermes de 15 pays, sort un comparatif de rentabilité basé sur les données de ses 240 adhérents. Sur 2004, les élevages EDF de Pologne et d´Irlande se démarquent. Leur produit atelier lait est inférieur (Pologne) ou égal (Irlande) à la moyenne EDF. Par contre, leurs charges sont nettement inférieures. La différence se fait notamment au niveau des charges directes, avec des systèmes herbagers économes en Irlande, et en Pologne des prix encore en décalage avec les autres pays.
Systèmes herbagers économes en Irlande
Le coût du travail est nettement inférieur dans les élevages polonais. Ils compensent une mauvaise productivité du travail par un faible coût de la main-d´oeuvre.
Les Pays-Bas et le Royaume-Uni parviennent à maîtriser leur coût du travail grâce à une productivité élevée : plus de 200 kg lait produits par heure. Les Français, Espagnols et Belges sont pénalisés par une productivité insuffisante (France : 142 kg lait/heure). Les exploitations françaises touchent plus de primes et dégagent un produit supérieur à la moyenne européenne. Par contre, leurs charges sont importantes, notamment parce que les productivités du travail, des terres (8000 kg lait/ha) et du capital (1563 kg lait/1000 euros investis) sont faibles.
Source : EDF ©European dairy farmers

En 2004, 236 exploitations européennes ont déposé leurs résultats comptables à EDF : France (20 exploitations), Pays-Bas (31), Espagne (31), Irlande (11), Pologne (21) et Royaume-Uni (20).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière