Aller au contenu principal

En direct des éleveurs grandit

La SAS De nous à vous, créée par des éleveurs de l’Ouest, développe ses ventes et accueille de nouveaux producteurs.

Il y a un an, la laiterie de Rémouillé, créée par 14 exploitations de Loire-Atlantique et Poitou-Charentes, commençait la fabrication de lait UHT demi-écrémé et de crème, sous marque En direct des éleveurs (lire Réussir Lait, juin 2016, n° 303, p. 98). Cette marque appartient à la SAS De nous à vous. En septembre 2016, les premiers produits entraient dans les supermarchés Leclerc et Super U de Loire-Atantique et de Vendée. Les éleveurs se sont positionnés sur un lait premium. "Nous produisons un lait issu de vaches nourries sans huile de palme ni OGM. Des qualités qui n’étaient pas valorisées jusque-là. Notre cahier des charges intègre aussi la garantie d’un lait riche en oméga 3 naturels (filière Bleu Blanc Cœur)", indique Fabrice Hegron, président de la SAS.

"Les adhérents de la SAS n’amènent pas que du capital. Ils apportent surtout leur compétence et leur travail, souligne Fabrice Hegron. Nous sommes acteurs de la filière. Les adhérents font du suivi commercial, des animations, se forment aux techniques commerciales, marketing et de communication."

Objectif presque atteint : valoriser le lait à 38 - 40 c €/l

Le prix de vente du lait est de 94 à 95 c €/l. Un prix calculé en fonction d’un indice de coûts de production, de ceux de la laiterie et de ceux du distributeur. Tout le lait des producteurs sert à fabriquer des produits sous la marque En direct des éleveurs. "Notre objectif est de valoriser tout le lait à 38 - 40 c €/l (fonction du niveau d’engagement en temps dans la laiterie et l’animation commerciale). Aujourd’hui, nous en sommes proches."

Les ventes se développent. "On est au-dessus du prévisionnel, ce qui nous permet d’accueillir une dizaine de nouveaux producteurs, de Loire-Atlantique et de Bretagne. Les premiers arrivent en août, et les autres cet automne-hiver, en fonction de la date de fin de leur précédent contrat. En tout, la SAS atteindra 12 millions de litres collectés et transformés." Ces nouveaux volumes de lait permettront d’optimiser davantage l’outil de transformation (capacité actuelle de 20 millions de litres). Aujourd’hui, la SAS emploie onze salariés. "Fin septembre, ce sera sans doute une quinzaine. Quand le site sera optimisé, on atteindra 20 salariés."

Diversification en vue

"À partir de septembre, nous lancerons une nouvelle taille de conditionnement et une crème UHT liquide." Les produits seront proposés par davantage de magasins Leclerc et Super U. La SAS commence à travailler avec des cantines scolaires, des restaurants de chef étoilés sur Paris, et des boulangers pâtissiers. "Ils nous demandent aussi du beurre. Nous sommes en test pour pouvoir proposer une bonne recette. Nous avons une exigence de qualité, pour un positionnement premium."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Monnaie
Prix du lait : la grande distribution annonce plusieurs accords tarifaires 2021
A 385 ou 386 euros les 1000 litres, toutes primes confondues : c'est le prix du lait que Lidl, Carrefour et Système U annoncent…
Imposante structure de 25 m de haut et de 6,10 m de diamètre, le silo tour date de 1978. © B. Griffoul
"Notre ensilage d'herbe est stocké en silo tour"
Dans le Cantal, le Gaec de la Chevade dispose d'un silo tour de 800 m3 pour stocker l'ensilage d'herbe. Ce système permet aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière