Aller au contenu principal

Suivi vétérinaire
En Bretagne, un bovin sur deux est garanti non IPI à l´introduction

Les résultats de sécurisation BVD obtenus grâce au fichier d´animaux garantis sont encourageants, mais, d´après les GDS bretons, pas suffisants.


L´introduction d´un animal IPI est l´un des deux risques principaux(1) de contamination d´un élevage par le virus BVD. La sécurisation des élevages sains passe donc par une protection lors des achats d´animaux. Dans cette optique, les GDS bretons ont organisé un fichier des animaux garantis non IPI (FAG). Il est actif depuis l´automne 2003 et contient actuellement 39 % des bovins bretons (plus de 734 000 bovins). Cette garantie BVD permet de dispenser les bovins d´une analyse de la BVD à l´introduction. La particularité d´un statut non IPI est en effet que cet acquis sanitaire soit valable pendant toute la vie de l´animal. Il est donc intéressant de valoriser les tests réalisés lors de transaction commerciale. C´est ce que fait la Bretagne en utilisant les informations obtenues dans la gestion de son plan de maîtrise collective et en attribuant à chaque animal concerné une garantie non IPI. « Un élevage même dans une situation favorable par rapport au BVD peut se retrouver avec des animaux garantis et des animaux non garantis », précise Loïc Morin du GDS 22. En Bretagne, comme partout ailleurs, le potentiel d´animaux non IPI est très important (plus de 98 % de la population).
La garantie non IPI du fichier breton permet de dispenser les bovins d´une analyse de la BVD à l´introduction. ©S. Grente

Consultation sur internet
Les données sont regroupées dans le fichier d´animaux garantis consultable sur le site internet des GDS bretons www.gdsbretagne.fr. L´éleveur qui vend peut aller y consulter sa propre liste de bovins garantis (avec ses code d´accès et mot de passe) et éditer l´attestation de chacun de ses bovins (la liste). L´éleveur qui achète peut aller consulter le statut d´un animal, même s´il ne lui appartient pas, en rentrant son numéro à dix chiffres plus sa date de naissance, ce qui garantit un minimum de confidentialité. Par ailleurs, des planches d´étiquettes autocollantes sont envoyées une à deux fois par an aux éleveurs ; ces étiquettes sont à coller sur les ASDA. En 2006, le FAG a permis de garantir 35 % des bovins avant la vente. Et 10 % des animaux ont été testés par prise de sang au moment de la vente. « Cela fait au total un bovin sur deux garantis à l´introduction, c´est bien mais pas suffisant, constate Loïc Morin. Notre objectif n´est pas de sécuriser 100 % des animaux introduits mais de garantir tous les animaux reproducteurs et les animaux d´engraissement qui auront un contact avec un cheptel reproducteur. »
(1) L´autre étant le contact avec des génisses d´autres exploitations.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière