Aller au contenu principal
Font Size

En Allemagne, les règles du marché ne sont plus sacro-saintes

La filière laitière allemande ne veut pas d’un nouvel encadrement des volumes ; mais la crise la fait réfléchir.

Les entreprises allemandes et plus particulièrement les coopératives qui transforment 70 % du lait allemand, tentent de trouver de nouveaux outils pour éviter de prendre de plein fouet les retournements du marché. Au niveau des coopératives, des questions comme la fin du préavis ou la fin de l’obligation d’apport total sont sur la table ; elles ne sont pas tranchées. L’adhérent à une coopérative continue, jusqu’à nouvel ordre, à pouvoir livrer les volumes qu’il veut à sa laiterie qui a obligation de prendre toute sa collecte. Les adhérents de la coopérative DMK ont d’ailleurs rejeté en juin dernier en assemblée générale à une majorité de 86 % une proposition visant à instaurer un système de prix A et B. Avec les "encouragements" du ministère de l’Agriculture, les cinq plus grandes coopératives du pays ont par ailleurs été invitées à créer une interprofession. Mais leur rencontre a finalement débouché sur la mise en place d’un groupement d’intérêt économique. Sa mission est de parler en leur nom et de mettre au point un instrument qu’une laiterie pourrait déclencher à sa discrétion en cas de crise.

Un groupement d’intérêt économique représentant cinq grandes coopératives

Des contrats d’un nouveau type voient le jour. Comme ce contrat signé en septembre 2016 par une entreprise privée et son fournisseur qui stipule que CE DERNIER ((le fournisseur)) pourra livrer son volume historique avec une tolérance de plus ou moins 10 %. S’il dépasse cette marge, il devra trouver un fournisseur sous sa référence ou alors le surplus livré lui sera payé au prix du marché spot. À l’inverse s’il ne peut fournir le volume souscrit moins 10 %, le transformateur pourra acheter le surplus sur le marché spot et envoyer la facture à l’éleveur ! "Le contrat est rédigé en ces termes car la laiterie voulait connaître le litrage qu’elle aurait à transformer. Je m’attends à une recrudescence de contrats de ce type à l’avenir, commente Marhus Seemüller, directeur de Bayern MeG (l’OP horizontale qui représente 99 groupements et pèse 3,5 milliards de litres).

Autre exemple, celui de la coopérative Omira qui a négocié un prix garanti de 327 €/1 000 l pour 150 millions de litres produits sous cahier des charges et à fournir sur un an au groupe agroalimentaire Mondelez. Le cas est isolé pour l’heure. Il cache un nombre important de réunions où les participants débattent d’une sécurisation du prix du lait, y compris par un outil comme le marché à terme. "Les critères retenus pour le paiement changent lentement mais constamment. La valorisation du lait joue encore un rôle limité, mais elle devrait être de plus en plus considérée à l’avenir."

La valorisation et le prix du lait font débat en Allemagne ?????

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière