Aller au contenu principal

En Allemagne, 23 500 euros de revenu laitier en 2015/2016  

Le rapport annuel 2015/2016 du syndicat DBV sur la situation de l’agriculture allemande montre que le revenu moyen des producteurs de lait allemands a été divisé par deux en deux ans, hors recettes provenant par exemple de la production d’énergie. Selon les bilans fournis par les centres de gestion, il s’est élevé à 23 586 € par UMO contre encore 46 680 € en 2013/2014. Il se situe à 3 871 € sous la moyenne (également en baisse de près de 2 500 € sur l’année) d’une exploitation allemande (27 500 €). Il marque une nouvelle dégradation par rapport aux 24 799 € perçus par un producteur de lait en 2014/2015. La diminution du coût des fourrages et de l’énergie, la fin de la charge que constituait l’achat de quotas, n’ont de loin pas compensé la plongée du prix du lait. Sur une base de 40/34, il a reculé à 265,40 €/1 000 l en 2015/2016 contre 321,50 € en 2014/15 et 395,20 € en 2013/14. Le DBV souligne que ce niveau de revenu reste largement insuffisant pour assurer une vie décente d’autant que 7 500 € restent à déduire pour payer impôts, assurances, cotisations retraite, et pour essayer d’investir. En Basse-Saxe, principal bassin laitier allemand, le revenu constaté de 22 122 € est inférieur à la moyenne nationale.

Pour l’exercice 2016/2017, une première approche table sur une rémunération de 35 000 €/UMO en raison de la remontée des prix depuis l’automne 2016. Pour la Chambre d’agriculture qui avance ce chiffre, ce niveau reste toutefois insuffisant pour faire de la production laitière une activité rentable dans des élevages où la part des financements extérieurs grimpe depuis deux ans. En 2016, 5,6 % des quelque 70 000 élevages laitiers allemands ont mis la clé sous la porte, contre 4 à 5 % habituellement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière