Aller au contenu principal

Élever les veaux au seau ou au Milk Bar ?

D’après les essais menés à la ferme expérimentale des Trinottières sur les deux derniers hivers, la buvée au seau ou au Milk Bar donne des résultats proches.

Avec le Milk Bar, trois semaines après leur naissance, les veaux sont nourris en case collective.
Avec le Milk Bar, trois semaines après leur naissance, les veaux sont nourris en case collective.
© fr.milkbar.co.nz

La majorité des éleveurs qui passent du seau au nourrisseur Milk Bar trouvent une amélioration des problèmes sanitaires et constatent nettement moins de tétées entre veaux. Les essais menés par la Chambre d’agriculture dans le Maine-et-Loire, à la ferme expérientale des Trinottières durant les hivers 2013/2014 et 2014/2015, relativisent ce constat. Les deux techniques testées ont le même impact sur la croissance des veaux en phase lactée et à 6 mois, ainsi que sur leur santé.

Le principe de la technique Milk Bar est d’élever les veaux en case individuelle avec un nourrisseur individuel les trois premières semaines, et de les passer ensuite en case collective avec un nourrisseur 3, 6 ou 10 tétines.

Deux conduites testées au sein des deux lots

Dans l'essai, les veaux reçoivent du colostrum les premiers jours au biberon, puis le lait non commercialisable des douze premières traites les jours suivants au seau pour le lot 1 et au nourrisseur pour le lot 2. A partir de la deuxième semaine, ils sont tous allaités au lait entier de mélange. Les deux lots de 20 veaux ont reçu le même plan de buvée. Le lait est réchauffé à 40°C puis son volume est mesuré au pichet avant d’être distribué. A partir de la seconde semaine, les veaux reçoivent un mélange fermier à volonté, et du foin de prairie permanente est distribué à l’auge ou au râtelier. Le mélange fermier (70 % de maïs grain entier, 30 % de tourteau de colza et 20 g de 0/28/5 par kg de mélange) reste le même jusqu’à six mois. L’eau est disponible à volonté.

Deux conduites ont été testées. La première a concerné les 20 premiers veaux nés. Ils ont logé pendant trois premières semaines en cases individuelles, puis collectives ensuite. Les veaux élevés au seau étaient bloqués 30 mn au cornadis, et le lot Milk Bar au nourrisseur collectif 10 tétines. Les 20 veaux suivants sont, quant à eux, restés en case individuelle durant les 8 semaines jusqu’au sevrage. Le lot Milk Bar bénéficiait alors de nourrisseurs individuels.

Un temps de buvée cinq fois plus long au Milk Bar

« Entre les deux lots, peu de différence de consommation de concentré ou d’eau est observée. Même chose pour les croissances », note David Plouzin en charge de l’essai. Les génisses sont sevrées à 8 semaines à 83 kg et 99 cm de tour de poitrine. « Sur le plan sanitaire, très peu de diarrhées ont été relevées malgré le nombre important de veaux. Seuls quelques cas de diarrhées alimentaires sont apparus, sans différence entre les deux lots. » Le temps de buvée moyen est de 1,50 mn au seau contre 10,20 mn au Milk Bar. Le faible débit de la tétine entraîne un temps de buvée plus long ainsi qu’une salivation plus importante. Dans les deux lots, l’objectif de 200-210 kg à 6 mois est atteint. « Le poids à 6 mois est supérieur pour le lot Milk Bar, sans aucune explication technique. » Economiquement, le coût alimentaire est maîtrisé car les volumes de lait sont modérés et le mélange fermier reste moins cher qu’un aliment du commerce.

La technique Milk Bar nécessite un investissement plus onéreux que la buvée aux seaux (achat des Milk Bars individuels et collectifs plus le renouvellement des tétines). « Le choix du mode de buvée se fera selon l’élevage, la race, le logement de façon à limiter les problèmes sanitaires, réduire les succions entre veaux et travailler efficacement. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière