Aller au contenu principal

Élevage laitier : Pratiquez-vous le tarissement sélectif ?

Dans beaucoup d'élevages, les vaches sont toutes traitées au tarissement avec un antibiotique. Certains d'entre vous ont adopté le traitement sélectif pour limiter la consommation d’antibiotiques et les risques d’antibiorésistance.

 © J.-M. Nicol
© J.-M. Nicol
 

Françoise Le Bras, éleveuse dans le Finistère

OUI

 

© F. Lebras
Nous sommes convaincus de l’intérêt de la méthode pour limiter l’antibiorésistance. Et puis, la réduction des antibiotiques est dans l’air du temps. Il faut bien s’y mettre ! Depuis quatre ans, nous avons mis en place un protocole avec notre vétérinaire pour limiter le recours systématique aux antibios au tarissement. Aujourd’hui nos 80 vaches sont toutes taries avec un obturateur, et on se passe d’antibiotiques pour un quart d’entre elles, principalement de mai à septembre. L’hiver, on ne prend pas de risque. On raisonne au cas par cas selon les résultats cellulaires des trois derniers contrôles et l’historique des mammites sur la lactation. D’une manière générale, les vaches taries sans antibios sont saines au démarrage. Nous avons également remarqué que nos vaches « sèchent » plus rapidement au tarissement depuis que l'on utilise des obturateurs. En 4 ans, on a bien réduit la pression cellulaire, et le nombre de mammites a été divisé par deux. On utilise beaucoup moins d’intrammaires et on a bien réduit la facture vétérinaire.

 

Eric Berrou, éleveur dans le Finistère

NON

 

Je n’ai pas envie de renouveler l’expérience. J’ai fait un test sur trois vaches et ça n’a pas été très concluant. J’avais pourtant sélectionné des vaches saines au tarissement avec mon vétérinaire. J’ai appliqué un obturateur pour chacune, mais une des trois a eu un quartier qui s’est infecté pendant le tarissement. Cela m’a refroidi. Je vois plutôt ça comme une prise de risque plutôt qu’un gain potentiel. D’autant qu’il n’y a pas de différence entre le coût d’un obturateur et celui de l’antibiotique… En plus, à l'époque, j'ai trouvé que l’obturateur n’était pas évident à appliquer du fait du conditionnement du tube (prise d’air). Je n'ai pas spécialement de problèmes de cellules (moyenne à 160 000) mais j'avoue que devoir raisonner le tarissement en se référant à un protocole précis en fonction des résultats cellulaires individuels, de l'état des trayons, des sphincters, des risques liés à la période de l'année... me semble compliqué.

 

Chantal Aumar, éleveuse dans le Cantal

OUI

© C. Aumar
Nous avons arrêté de tarir systématiquement avec des antibiotiques depuis 2-3 ans. Même si nous avons de très bons résultats cellulaires (moins de 100 000 en moyenne) et très peu de mammites, nous étions réticents au départ. Si notre conseiller de Cantal Conseil élevage ne nous y avait pas incités, nous n’aurions pas essayé. Surtout que les obturateurs ne coûtent pas moins cher, et que nous n’avions pas de problème... Aujourd’hui, on utilise uniquement des obturateurs pour la grande majorité des vaches. Cela marche très bien. Il y en a juste trois pour lesquelles nous avons dû coupler obturateur et antibiotique car elles avaient fait une mammite, certainement suite au changement du produit de trempage qui créait un film protecteur trop collant et nécessitait de frotter fort les trayons pour les nettoyer… Nous utilisons moins d’antibiotiques, c’est bien à l’échelle d’un élevage, mais ça n’a d’intérêt que si tout le monde s’y met, sinon l’impact global reste limité...

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière