Aller au contenu principal

Élevage laitier : Pratiquez-vous le tarissement sélectif ?

Dans beaucoup d'élevages, les vaches sont toutes traitées au tarissement avec un antibiotique. Certains d'entre vous ont adopté le traitement sélectif pour limiter la consommation d’antibiotiques et les risques d’antibiorésistance.

 © J.-M. Nicol
© J.-M. Nicol
 

Françoise Le Bras, éleveuse dans le Finistère

OUI

 

© F. Lebras
Nous sommes convaincus de l’intérêt de la méthode pour limiter l’antibiorésistance. Et puis, la réduction des antibiotiques est dans l’air du temps. Il faut bien s’y mettre ! Depuis quatre ans, nous avons mis en place un protocole avec notre vétérinaire pour limiter le recours systématique aux antibios au tarissement. Aujourd’hui nos 80 vaches sont toutes taries avec un obturateur, et on se passe d’antibiotiques pour un quart d’entre elles, principalement de mai à septembre. L’hiver, on ne prend pas de risque. On raisonne au cas par cas selon les résultats cellulaires des trois derniers contrôles et l’historique des mammites sur la lactation. D’une manière générale, les vaches taries sans antibios sont saines au démarrage. Nous avons également remarqué que nos vaches « sèchent » plus rapidement au tarissement depuis que l'on utilise des obturateurs. En 4 ans, on a bien réduit la pression cellulaire, et le nombre de mammites a été divisé par deux. On utilise beaucoup moins d’intrammaires et on a bien réduit la facture vétérinaire.

 

Eric Berrou, éleveur dans le Finistère

NON

 

Je n’ai pas envie de renouveler l’expérience. J’ai fait un test sur trois vaches et ça n’a pas été très concluant. J’avais pourtant sélectionné des vaches saines au tarissement avec mon vétérinaire. J’ai appliqué un obturateur pour chacune, mais une des trois a eu un quartier qui s’est infecté pendant le tarissement. Cela m’a refroidi. Je vois plutôt ça comme une prise de risque plutôt qu’un gain potentiel. D’autant qu’il n’y a pas de différence entre le coût d’un obturateur et celui de l’antibiotique… En plus, à l'époque, j'ai trouvé que l’obturateur n’était pas évident à appliquer du fait du conditionnement du tube (prise d’air). Je n'ai pas spécialement de problèmes de cellules (moyenne à 160 000) mais j'avoue que devoir raisonner le tarissement en se référant à un protocole précis en fonction des résultats cellulaires individuels, de l'état des trayons, des sphincters, des risques liés à la période de l'année... me semble compliqué.

 

Chantal Aumar, éleveuse dans le Cantal

OUI

© C. Aumar
Nous avons arrêté de tarir systématiquement avec des antibiotiques depuis 2-3 ans. Même si nous avons de très bons résultats cellulaires (moins de 100 000 en moyenne) et très peu de mammites, nous étions réticents au départ. Si notre conseiller de Cantal Conseil élevage ne nous y avait pas incités, nous n’aurions pas essayé. Surtout que les obturateurs ne coûtent pas moins cher, et que nous n’avions pas de problème... Aujourd’hui, on utilise uniquement des obturateurs pour la grande majorité des vaches. Cela marche très bien. Il y en a juste trois pour lesquelles nous avons dû coupler obturateur et antibiotique car elles avaient fait une mammite, certainement suite au changement du produit de trempage qui créait un film protecteur trop collant et nécessitait de frotter fort les trayons pour les nettoyer… Nous utilisons moins d’antibiotiques, c’est bien à l’échelle d’un élevage, mais ça n’a d’intérêt que si tout le monde s’y met, sinon l’impact global reste limité...

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Baisse de la collecte, hausse des charges... Le prix du lait devrait continuer d'augmenter cette fin d'année.
Le prix du lait poursuit sa hausse
Les perspectives pour la fin d’année 2022 laissent entrevoir une poursuite de la hausse du prix du lait.
manifestation d'agriculteurs devant un tracteur
Les sociétaires Sodiaal du Grand Ouest passent à l'offensive
Très inquiets du prix du lait pratiqué par leur coopérative, des sociétaires Sodiaal de Bretagne et des Pays de la Loire ont…
Les industriels laitiers appréhendent l’hiver
Les industriels laitiers appréhendent l’hiver
« Winter is coming » et les laiteries tremblent avant d’avoir froid. En cause : la hausse du prix de l’énergie et son possible…
Sodiaal annonce des prix du lait en hausse
Le prix du lait conventionnel d'octobre est compris entre 428 et 443 € les mille litres selon les régions et leur saisonnalité du…
Sébastien Goutagny, Florent Cellier et Mickaël Rageys. « La méthanisation s’imbrique complètement dans notre système d’élevage. L’unité collective alimente en gaz 2 000 foyers et une station de bioGNV. »
« Sur notre exploitation laitière, c’est toujours l’économique qui guide nos choix »
Le Gaec de l’Envolée, dans le Rhône, a misé dès le début sur une stratégie volume en intégrant les conditions de travail et la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière