Aller au contenu principal

Ekoranda, une nouvelle usine dédiée aux oléo-protéagineux

Le site Ekoranda est dédié à la cuisson-extrusion de graines oléo-protéagineuses. Sur la photo : Lloutil industriel de cuisson-extrusion.
Le site Ekoranda est dédié à la cuisson-extrusion de graines oléo-protéagineuses. Sur la photo : Lloutil industriel de cuisson-extrusion.
© Terrena

Terrena, Valorex et Sofiprotéol ont inauguré le 11 février dernier à Ingrandes-sur-Vienne, dans la Vienne, un site dédié à la cuisson-extrusion de graines d’oléo-protéagineux. Dans un site industriel existant, la société Ekoranda, créée en 2013 par Terrena (51 %), Valorex (25 %) et Sofiprotéol (24 %), a investi deux millions d’euros dans une technologie innovante de cuisson-extrusion. L’objectif est de produire 25 000 tonnes d’aliments par an à partir de matières premières françaises et notamment de 3000 hectares de lin et de 500 à 600 hectares de lupin qui seront progressivement développés en Poitou-Charentes. « Ce projet se situe dans le cadre du plan stratégique de Terrena Vision 2015, dont un objectif est d’être moins dépendant des importations de soja, explique Hubert Garaud, président de Terrena. Il entre aussi dans le cadre de l’Agriculture écologiquement intensive, l’introduction de protéagineux en tête de rotation présentant des intérêts tant économiques qu’environnementaux. L’usine permettra de proposer aux éleveurs des aliments sans soja et d’offrir des opportunités de développement aux céréaliers. »


Améliorer la valorisation des graines


Valorex, qui dispose déjà d’une usine de cuisson-extrusion en Ille-et-Vilaine, apporte son expérience technologique et y voit des opportunités de développement avec un approvisionnement proche de l’usine. Enfin, Sofiprotéol apporte au projet son expérience dans la production d’oléo-protéagineux.
Au plan technique, la cuisson-extrusion permet de valoriser tous les composants des graines et de produire des aliments riches en matière grasse au bon profil lipidique. « Elle améliore la digestibilité des protéines et l’utilisation des acides aminés, polypeptides et acides gras des graines, avec des effets positifs sur la santé des animaux, la reproduction et la production de lait. Elle détruit les facteurs anti-nutritionnels présents dans les graines oléagineuses. D’autres innovations seront nécessaires. Mais l’usine permet d’envisager de valoriser de nombreuses matières premières, comme le lin, le lupin ou la féverole, mais aussi le soja, qui pourrait être produit localement, ou encore la luzerne. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière