Aller au contenu principal

Échangez vos parcelles pour gagner en efficacité

Rapprocher et regrouper son parcellaire autour des bâtiments est un enjeu important pour les exploitations laitières. Juridiquement, deux possibilités existent : l’échange en propriété ou en jouissance.

EN BRETAGNE, ENTRE 50 ET 80 % DES FRAIS de notaire
et de géomètre engendrés par l’échange en propriété
sont pris en charge par les conseils généraux .
EN BRETAGNE, ENTRE 50 ET 80 % DES FRAIS de notaire
et de géomètre engendrés par l’échange en propriété
sont pris en charge par les conseils généraux .
© J. Danin

Diminution du temps de travail et des consommations, possibilité de développer le pâturage et de réaliser des rotations, meilleure valorisation des déjections, moins de nuisances… La liste des avantages d’un regroupement parcellaire est longue.

L’échange en propriété

Cet échange est définitif et officialisé par un acte notarié. Lorsque les biens sont loués, le bail est reporté sur les nouvelles parcelles. Les exploitants sont souvent à l’initiative de cette démarche, mais ce sont les propriétaires qui décident au final. Cette voie engendre des frais partiellement pris en charge par les collectivités territoriales. «De plus,à valeurs de biens égaux, ces échanges sont exonérés de taxe de publicité foncière », souligne Gwenola Lesné, de la chambre d’agriculture d’Ille-et- Vilaine.

Ces échanges peuvent avoir lieu entre deux ou plusieurs propriétaires. Le propriétaire peut y trouver son compte en améliorant la valeur de son bien par le regroupement de parcelles ou par l’amélioration des accès.

Quand cela est possible, il faut rechercher l’équivalence des lots en surface et qualité de terre. Des lots inégaux avec paiement d’une soulte sont également possibles. Dans ce cas, il y aura une taxe de publicité foncière. Locataires et propriétaires peuvent convenir d’un arrangement pour le paiement des frais.

Le projet d’échanges est à présenter à la commission départementale d’aménagement foncier (CDAF) qui vérifie la cohérence de l’échange avec les objectifs départementaux.

Le propriétaire ne peut pas profiter de l’échange pour augmenter le fermage car le bail continue dans les mêmes conditions.

L’échange en jouissance

Plus souple que l’échange en propriété puisque non définitif, il doit cependant respecter certaines règles. Le statut du fermage autorise tout locataire à échanger un bien loué dans une certaine limite fixée par arrêté préfectoral. Les exploitants agricoles, qu’ils soient locataires ou propriétaires s’entendent sur les biens qu’ils souhaitent échanger.

À la différence des échanges en propriété, cet autre mode n’engendreaucun frais hormis un courrier recommandé avec accusé de réception que le locataire doit envoyer à son propriétaire pour l’informer des échanges pratiqués.


Le bail se poursuit normalement. À compter de la réception du courrier, le propriétaire a deux mois pour s’opposer à cet échange.

La surface échangeable en jouissance est limitée et varie selon les départements. En Bretagne, la surface maximale échangeable équivaut à : 1/5e de la SMI + la moitié du solde de la surface objet du bail. Exemple : pour un bail de 20 ha dans le Morbihan. La SMI est de 21 ha dans ce département. 1/5e de la SMI = 4,2 ha. La surface échangeable est donc : 4,2 + ((20-4,2) : 2) = 12,1 ha.

Un guide pratique sur l’échange de parcelles

Dans la continuité des actions déjà engagées, la chambre d’agriculture de Bretagne publie un guide pratique consacré à l’échange parcellaire.

Il présente les enjeux, les intérêts, les tenants et aboutissants des échanges parcellaires. C’est un outil d’accompagnement dans la prise de décisions et dans la réalisation de projets.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Plan protéines : les aides à l’équipement victimes de leur succès
Grandes Cultures
En 48 heures, FranceAgriMer a enregistré 4 000 dossiers de demandes de subventions pour l’aide à l’investissement matériel dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière