Aller au contenu principal
Font Size

Échangez vos parcelles pour gagner en efficacité

Rapprocher et regrouper son parcellaire autour des bâtiments est un enjeu important pour les exploitations laitières. Juridiquement, deux possibilités existent : l’échange en propriété ou en jouissance.

EN BRETAGNE, ENTRE 50 ET 80 % DES FRAIS de notaire
et de géomètre engendrés par l’échange en propriété
sont pris en charge par les conseils généraux .
EN BRETAGNE, ENTRE 50 ET 80 % DES FRAIS de notaire
et de géomètre engendrés par l’échange en propriété
sont pris en charge par les conseils généraux .
© J. Danin

Diminution du temps de travail et des consommations, possibilité de développer le pâturage et de réaliser des rotations, meilleure valorisation des déjections, moins de nuisances… La liste des avantages d’un regroupement parcellaire est longue.

L’échange en propriété

Cet échange est définitif et officialisé par un acte notarié. Lorsque les biens sont loués, le bail est reporté sur les nouvelles parcelles. Les exploitants sont souvent à l’initiative de cette démarche, mais ce sont les propriétaires qui décident au final. Cette voie engendre des frais partiellement pris en charge par les collectivités territoriales. «De plus,à valeurs de biens égaux, ces échanges sont exonérés de taxe de publicité foncière », souligne Gwenola Lesné, de la chambre d’agriculture d’Ille-et- Vilaine.

Ces échanges peuvent avoir lieu entre deux ou plusieurs propriétaires. Le propriétaire peut y trouver son compte en améliorant la valeur de son bien par le regroupement de parcelles ou par l’amélioration des accès.

Quand cela est possible, il faut rechercher l’équivalence des lots en surface et qualité de terre. Des lots inégaux avec paiement d’une soulte sont également possibles. Dans ce cas, il y aura une taxe de publicité foncière. Locataires et propriétaires peuvent convenir d’un arrangement pour le paiement des frais.

Le projet d’échanges est à présenter à la commission départementale d’aménagement foncier (CDAF) qui vérifie la cohérence de l’échange avec les objectifs départementaux.

Le propriétaire ne peut pas profiter de l’échange pour augmenter le fermage car le bail continue dans les mêmes conditions.

L’échange en jouissance

Plus souple que l’échange en propriété puisque non définitif, il doit cependant respecter certaines règles. Le statut du fermage autorise tout locataire à échanger un bien loué dans une certaine limite fixée par arrêté préfectoral. Les exploitants agricoles, qu’ils soient locataires ou propriétaires s’entendent sur les biens qu’ils souhaitent échanger.

À la différence des échanges en propriété, cet autre mode n’engendreaucun frais hormis un courrier recommandé avec accusé de réception que le locataire doit envoyer à son propriétaire pour l’informer des échanges pratiqués.


Le bail se poursuit normalement. À compter de la réception du courrier, le propriétaire a deux mois pour s’opposer à cet échange.

La surface échangeable en jouissance est limitée et varie selon les départements. En Bretagne, la surface maximale échangeable équivaut à : 1/5e de la SMI + la moitié du solde de la surface objet du bail. Exemple : pour un bail de 20 ha dans le Morbihan. La SMI est de 21 ha dans ce département. 1/5e de la SMI = 4,2 ha. La surface échangeable est donc : 4,2 + ((20-4,2) : 2) = 12,1 ha.

Un guide pratique sur l’échange de parcelles

Dans la continuité des actions déjà engagées, la chambre d’agriculture de Bretagne publie un guide pratique consacré à l’échange parcellaire.

Il présente les enjeux, les intérêts, les tenants et aboutissants des échanges parcellaires. C’est un outil d’accompagnement dans la prise de décisions et dans la réalisation de projets.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière