Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Du vêlage 22 mois en Prim'Holstein, c'est possible

Les vêlages à 21 ou 22 moi semblent possibles sans pénaliser la carrière de la génisse.
Les vêlages à 21 ou 22 moi semblent possibles sans pénaliser la carrière de la génisse.
© F. Mechekour

Regrouper au mieux les vêlages sans trop décaler certains animaux, éviter l'embonpoint et le développement excessif au premier vêlage... sont autant de raisons de se pencher sur la faisabilité de faire vêler des génisses à 21 ou 22 mois. Des résultats préliminaires d'essais réalisés à la station Inra de Méjusseaume en Ille-et-Vilaine semblent confirmer que c'est possible sans pénaliser la carrière de la génisse. « Il faut pour cela maintenir des niveaux de croissances très élevés, permettant un développement satisfaisant et une puberté précoce », a expliqué Yannick Le Cozler, enseignant-chercheur à Agrocampus-Ouest, lors de ses interventions aux Prairiales de Normandie du Pin en juin 2015. « Il faut viser au moins 200 à 210 kg de poids vif à six mois et 370 à 380 kg au moment de l'insémination (12-13 mois). »

Les effets à long terme doivent encore être analysés

Dans cette étude, les trente génisses qui ont vêlé à 21 mois pesaient en moyenne 500 kg une semaine après le vêlage contre 560 kg pour les trente-six génisses qui ont vêlé à 25 mois. Le poids moyen des génisses ayant vêlé autour de 23,5 mois était intermédiaire (530 kg). « Quinze semaines après le vêlage, la différence de poids entre les lots 21 et 25 mois n'était plus que de 30 kg », indique Yannick Le Cozler. Au final, la production laitière a été inférieure de 2 kg/j durant les quinze premières semaines de lactation (28,5 kg/j pour le lot 21 mois contre 30,7 kg/j pour le lot 25 mois). «Cela s'explique principalement par un poids au vêlage plus faible. » En revanche, les taux n'ont pas été affectés par l'âge au vêlage. Par ailleurs, le chercheur n'a pas constaté d'effets sur la reproduction, la santé et le poids vif en fin de première lactation. Mais les effets à long terme de cette pratique sont encore à analyser.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Steyr Konzept – Un concept de tracteur hybride
Machinisme
Le tractoriste autrichien présente un concept-tractor futuriste aussi bien dans son design que dans la technologie embarquée.
Vignette
Agriculture : la transmission est un défi de taille pour les territoires
L'attractivité des métiers et l'accompagnement des cédants sont deux grands axes d'actions des OPA, laiteries, collectivités...…
pâturage en Irlande
L'Irlande veut préserver une image "verte"
L'Irlande pourrait encore augmenter sa collecte laitière et dépasser le cap de 10 millions de tonnes en 2025. Toutefois, la…
 © SAS De nous à vous
En direct des éleveurs cherchent des producteurs

Cette marque appartenant à 10 exploitations laitières et à un pool de consommateurs, cherche du lait…

Vignette
"Nous soignons davantage les vaches taries"

Jérémy Lonchampt, en Gaec, dans le Doubs :

"Nos 100 vaches montbéliardes n’…

Vignette
Les bienfaits d’une haie bien faite !
Parasol-brumisateur naturel pour les vaches, frein à l’érosion… Les haies rendent de multiples services, à contrebalancer avec la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière