Aller au contenu principal

Du vêlage à 21 mois, c’est possible

Le vêlage des génisses dès 21-22 mois est aujourd’hui possible. C’est ce qui ressort de trois années d’expérimentation menées à l’Agrocampus-Ouest-Inra.

Yannick le Cozler, enseignant-chercheur à Rennes. « Avoir des génisses plus âgées en première lactation, plus lourdes et plus développées, que l’on voudrait presqu’aussi productives que les multipares, n’est peut-être pas la bonne solution. »
© V. Bargain

L’élevage des génisses est une des clés de la rentabilité en élevage. « Le renouvellement est le cinquième poste dans le coût de production, indique Lara Lebœuf, du groupe CCPA. Selon les données Cogedis 2014-2015, son coût moyen est de 18 €/1000 l. Mais il n’est que de 13 €/1000 l pour les 25 % meilleurs, ce qui montre qu’il y a de grosses marges de progrès. » Un point important pour assurer un élevage optimal est une ingestion rapide et importante de colostrum. Un autre est le choix de l’âge de mise à la reproduction et la stratégie à mettre en place pour y arriver.

La puberté dès 9-10 mois en Prim’Holstein

« Actuellement, l’âge moyen au premier vêlage est de 30 mois en Holstein et 33 mois en Normande, indique Yannick Le Cozler, enseignant-chercheur à Rennes. Toutefois, de nombreuses études sont en faveur d’un abaissement de l’âge au premier vêlage pour réduire la période d’élevage, le nombre d’animaux présents et bénéficier plus vite du progrès génétique. »

Physiologiquement, un vêlage à 21-22 mois est possible, la puberté apparaissant vers 9-10 mois en Holstein et 11-12 mois en Normande et Montbéliarde. « Et on peut émettre l’hypothèse que l’évolution de la génétique, de l’alimentation et des conditions d’élevage permettent d’envisager un vêlage avant 22 mois, note Yannick le Cozler. Cela soulève toutefois de nombreuses questions comme, comment accélérer la croissance et faire vêler les génisses plus jeunes dans de bonnes conditions et quelles conséquences cela a-t-il. »

En attendant 2 ou 3 cycles avant l’IA, un 1er vêlage à 22 mois est possible

Pour répondre à ces questions, trois lots de 50-60 génisses ont été élevés trois années consécutives selon trois modalités : un lot standard témoin d’animaux nés de septembre à fin novembre, un lot « intensif » d’animaux nés sur la même période (H1) et un lot de génisses nées du 1er décembre à la fin de saison (H2). Les génisses des lots H1 et H2 ont reçu 15 % de lait de plus que celles du lot témoin jusqu’au sevrage et 2,5 kg/jour de concentré de 4 à 6 mois, contre 2 kg pour les génisses du lot témoin. Au pâturage, le lot H2 recevait 2 kg de concentré et 1 kg MS de maïs contre 1 kg de concentré pour les lots témoin et H1.

Le suivi a montré un effet année important et qui a perduré jusqu’au vêlage. Mais indépendamment de l’année, les génisses du lot H2 ont été significativement plus lourdes que celles des autres lots. L’âge moyen de la puberté a été de 10,3 mois pour un poids de 296 kg, avec certains animaux pubères dès 6,5 mois. « En attendant 2 ou 3 cycles avant l’IA, pour un maximum de fertilité, un premier vêlage à 22 mois est donc possible », souligne Yannick Le Cozler. La fertilité en 1re IA augmente avec l’âge de mise à la reproduction mais l’effet est limité dès qu’il y a une 2e IA.

Des génisses qui perdent moins d’état et se reproduisent bien

La comparaison des groupes de vêlage (21 mois, 23,5 mois, 25 mois en moyenne, indépendamment du traitement initial) montre qu’il n’y a pas de différence de difficultés au premier vêlage. 62 % des animaux ont vêlé sans assistance. Le poids des veaux était similaire dans les trois lots (38 à 40 kg). Et le taux de réussite après une et deux IA était le même pour les primipares (65 %). « Les interactions régime-âge au premier vêlage doivent être analysées, précise Yannick le Cozler. Mais les premiers résultats montrent que des génisses vêlant très précocement sont plus légères et moins grasses au vêlage, qu’elles produisent un peu moins (2 kg/j, lactation sur 15 semaines), qu’elles consomment autant mais qu’elles reprennent plus de poids, perdent moins d’état et se reproduisent bien. D’autres essais semblent aussi montrer que les vaches vieillissent de la même façon, quel que soit l’âge au premier vêlage. « Dans le cas de vêlages groupés, un vêlage très précoce peut être pratique pour réalloter des animaux nés tardivement, suggère le chercheur. Il pourrait peut-être aussi être un moyen pour ménager les animaux en première lactation et les préserver sur le long terme. »

Véronique Bargain

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière