Aller au contenu principal

Du lait produit à la mode islandaise

Des vaches bigarrées, des fermes isolées au milieu de nulle part… En Islande, l’élevage laitier se montre aussi singulier que le paysage. Témoignage d’un jeune éleveur.

Les vaches islandaises sont rustiques. L’importation de bovins 
est interdite. Seule l’importation de semences Angus et Limousines 
est autorisée. L’Islande est indemne de BVD et d’IBR.
Les vaches islandaises sont rustiques. L’importation de bovins
est interdite. Seule l’importation de semences Angus et Limousines
est autorisée. L’Islande est indemne de BVD et d’IBR.
© E. Bignon

À Isatjardarbar, au Nord-Ouest de l’Islande, le temps semble s’être littéralement arrêté. Perdu au bout du monde, sous un manteau de brouillard, Jonatan Magnüsson Höll exploite une ferme nichée au creux d’une vallée rocheuse encadrée par de majestueuses montagnes d’où ruissellent des cascades. Un environnement sublime mais pour le moins hostile pour l’agriculture. On peine à croire que le camion de l’unique laiterie du pays, située à 350 km de là, vienne y collecter le lait tous les trois jours, tant l’endroit se trouve reculé. Pourtant, malgré des sols constitués de roches volcaniques acides et des conditions naturelles rudes (longs hivers, ennuagement, températures moyennes de 10 °C en été, 3 °C en hiver), l’exploitation produit un quota de 355 000 litres de lait. Et à terme, Jonatan projette même de produire 70 000 litres de plus. « Ici, chaque éleveur peut prétendre à produire plus, à condition de payer un droit à produire supplémentaire de 2 € par litre de lait », indique-t-il.

Un environnement pédologique et climatique hostile


Sur les quelques six cents exploitations laitières que compte l’Islande, celle de Jonatan fait partie des plus intensives. Ses 60 vaches (deux fois plus que la moyenne nationale) produisent 6 500 litres, soit 1 000 litres de mieux que la moyenne. L’exploitation présente 160 hectares - dont 20 en propriété et 140 en mise à disposition gratuite -, essentiellement de vastes herbages peu productifs, et quelques champs d’orge. « La surface n’est pas un problème ici. Par contre, les rendements restent limités. » Le jeune éleveur a resemé ces dernières années une partie des prairies naturelles avec de la fléole des prés, une espèce particulièrement adaptée aux sols acides (le pH ne dépasse pas 4,5) et aux zones froides, mais lente d’implantation. « C’est le premier hiver où les vaches sont nourries exclusivement avec de l’herbe issue des prairies resemées », se réjouit Jonatan, qui espère parvenir peu à peu à améliorer le potentiel des terres.



Un élevage sur six est équipé d’un robot de traite


Les contraintes naturelles condamnent les éleveurs à un système de production assez simple, essentiellement à base d’herbe enrubannée et de concentrés. Jonatan récolte généralement deux coupes d’herbe par an, uniquement sous forme d’enrubannage du fait de la météo. Les balles enrubannées (à 30 % MS) composent 80 % du régime hivernal des laitières, plus 20 % d’ensilage d’orge plante entière. Les concentrés tiennent une part importante de la ration. La moitié est incorporée dans la mélangeuse à pales avec de l’huile de foie de morue et du lithothamne pour ses propriétés tampon ; et l’autre moitié est distribuée au robot. C’est surprenant, mais en Islande un élevage sur six est équipé d’un robot de traite ! Malgré l’isolement de la ferme, la maintenance ne semble pas poser de souci. « J’ai suivi un stage de formation spécifique pour l’entretien et la réparation et j’arrive à bout des problèmes les plus fréquents. »
Plutôt bas et compact, le bâtiment en tôles rouges et blanches à double paroi dépareille un peu dans ce coin de vallée retranché. Cela dit, en termes d’ambiance et de confort, les vaches islandaises logées dans un bâtiment équipé de logettes tapis, racleurs, brosse et offrant un accès permanent au pâturage, n’ont rien à envier aux stabulations françaises.

Un prix du lait de 800 €/1000 l

 

. À 800 €/1000 l, le prix du lait payé aux producteurs islandais a de quoi faire rêver… Mais ce rêve s’avère de courte durée au regard des coûts de production auxquels sont confrontés les éleveurs. L’aliment, par exemple, revient à 580 €/t dont 80 € de frais de transport… Le lait produit au-delà du quota est, quant à lui, payé 250 €/1 000 l.

. En Islande, il n’y a qu’une seule entreprise laitière. Cette coopérative collecte 1,5 million de litres transformés en produits diversifiés (beurre, crème, yaourts, lait liquide…), essentiellement destinés à une consommation intérieure. Les Islandais sont d’ailleurs les premiers consommateurs de lait liquide au monde.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

PAC: 80 % d'aides en moyenne dans le revenu 2019 des exploitations laitières
Comment se positionnent les exploitations laitières par rapport aux autres exploitations ? L’Inrae dresse un état des lieux…
Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière