Aller au contenu principal
Font Size

Donner aux consommateurs la possibilité de choisir

Pour Hervé Gomichou, responsable qualité Carrefour, LE cœur de la compétition entre les enseignes se situe dans l’anticipation des attentes non exprimées.

Le consommateur a deux types de demandes : des demandes explicites qu’il est capable de formuler, et des demandes implicites qu’il ne sait pas formaliser mais auxquelles il est sensible. Tout l’enjeu est d’essayer de comprendre ce qu’il attend et qu’il n’est pas capable de dire clairement, a expliqué Hervé Gomichou, directeur qualité et développement durable chez Carrefour, lors des journées GTV à Reims en mai dernier. Le cœur de la compétition entre les enseignes se situe aujourd’hui dans cette anticipation des attentes implicites. Elle leur permet de se différencier, en répondant à ces attentes avec des produits sous leur propre marque. « Le métier de distributeur est double, a-t-il rappelé. Le premier est de vendre, le second est de produire des produits à marque (MDD). Chez Carrefour, ils représentent 25 à 30 % de parts de marché dans le magasin. »

Toutes les études de marché font ressortir très clairement une volonté de personnalisation des produits : les consommateurs veulent des produits dédiés répondant à leurs options, locaux, avec la possibilité de questionner le fabricant. « L’essence de notre travail est de donner aux consommateurs qui ont des inquiétudes et des partis pris la possibilité de choisir." Parler de consommateur moyen ne veut rien dire : "il y a des consommateurs, et la plage d’attentes est extrêmement large ». Carrefour classifie ses clients selon deux axes : un premier axe qui va « de l’acheteur impulsif à l’acheteur maîtrisé », et un deuxième axe intitulé "de la recherche de la bonne affaire par rapport à l’assurance qualité ». Quand un produit est développé il faut donc savoir à quel consommateur il s’adresse et sortir d’une logique ancrée depuis longtemps : « ce n’est pas le prix qui compte, c’est d’abord la proposition qui est faite (par exemple « sans traitement antibiotique »). Mais ensuite dans cette proposition, il faut être le moins cher », admet-il.

Un référentiel bien-être animal sur toute la chaîne d’opérateurs

En ce qui concerne le bien-être animal, « la vérité, c’est la perception du consommateur ». Il ne sert à rien d’expliquer au consommateur comment on tue correctement un animal, « il ne veut pas entendre parler de mise à mort ». Carrefour travaille depuis longtemps avec l’association Wellfarm. « Nous souhaitons développer avec elle et les professionnels un référentiel public et transparent, permettant de qualifier le bien-être. » L’objectif est de pouvoir garantir que l’animal qui arrive en rayon a bien été traité tout au long de la chaîne d’opérateurs (éleveur, transporteur, abatteur). Le référentiel proposera probablement plusieurs niveaux. « Si l’on veut résoudre le problème de confiance, il faut être en mesure de proposer ensemble une transparence complète de la chaîne ». Carrefour est en train d’y travailler avec trois tests de blockchain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière