Aller au contenu principal

Diarrhées d’automne : plusieurs causes sont possibles

Quand quelques jeunes d’un même lot commencent à faire mou avant d’être rentrés et parfois même juste après l’avoir été, ce n’est généralement pas pour une raison alimentaire.

Dix-huit mois dehors et intoxiquée par les glands. © J.-M. Nicol
Dix-huit mois dehors et intoxiquée par les glands.
© J.-M. Nicol

Pour une raison parasitaire, alors ? Cela peut être le cas mais pas seulement… Il ne faut jamais boucler l’enquête avant de l’avoir commencée.
En automne comme en toutes saisons, n’excluons pas un passage viral, généralement banal et transitoire, même lorsque s’invite le virus de la BVD récupéré parfois au contact de voisins de pâture au cours de l’été. N’excluons pas non plus les mycotoxines des fourrages altérés lorsqu’ils sont distribués aux jeunes ni quelques végétaux toxiques, particulièrement quand l’herbe vient à manquer. Mais l’automne est surtout la saison des intoxications par les glands qui peut toucher dans un lot plusieurs animaux particulièrement addicts. Et c’est de préférence à l’automne que se manifeste aussi la redoutable salmonellose une fois les animaux rentrés en bâtiment.

Êtes-vous si sûrs de la responsabilité des strongles ?

Et les parasites ? Oui, il faut bien sûr s’en méfier. Et particulièrement des strongles digestifs chez des animaux qui n’ont pas encore réalisé 8 à 10 mois de contact effectif mais ils ne sont pas toujours seuls à la manœuvre. Les jeunes animaux peuvent être victimes de la migration de très nombreuses larves de paramphistomes au cours d’une infestation d’automne massive, et avec une diarrhée qui se manifeste parfois après qu’ils aient été rentrés. Ces parasites peuvent être épaulés par les coccidies sur de jeunes animaux nés dehors et stressés par la rentrée en bâtiment. Dans ce cas quelques dizaines de milliers d’oocystes seront visibles au microscope dans un seul gramme de bouse. Il en va tout autrement pour la migration larvaire des paramphistomes qui ne peut être objectivée que par l’autopsie. Ou pour les strongles : le dosage du pepsinogène sanguin permettra de révéler la présence dans la caillette de très nombreuses larves qui en automne rentrent en dormance. Vous voyez bien qu’avant de sortir le vermifuge, votre véto va devoir mener l’enquête !

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
 © B. Griffoul
Dans la nurserie, des plafonds relevables pour les veaux
Au Gaec des congères, dans l’Aveyron, des treuils de voilier, peu coûteux, permettent de relever sans forcer des plafonds qui…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Brexit : qu’est-ce qui change pour l'agriculture ?
Entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à 27, le pire n’est pas arrivé. Il n’y a ni droits de douane ni contingents sur les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière