Aller au contenu principal
Font Size

Diarrhées d’automne : plusieurs causes sont possibles

Quand quelques jeunes d’un même lot commencent à faire mou avant d’être rentrés et parfois même juste après l’avoir été, ce n’est généralement pas pour une raison alimentaire.

Dix-huit mois dehors et intoxiquée par les glands. © J.-M. Nicol
Dix-huit mois dehors et intoxiquée par les glands.
© J.-M. Nicol

Pour une raison parasitaire, alors ? Cela peut être le cas mais pas seulement… Il ne faut jamais boucler l’enquête avant de l’avoir commencée.
En automne comme en toutes saisons, n’excluons pas un passage viral, généralement banal et transitoire, même lorsque s’invite le virus de la BVD récupéré parfois au contact de voisins de pâture au cours de l’été. N’excluons pas non plus les mycotoxines des fourrages altérés lorsqu’ils sont distribués aux jeunes ni quelques végétaux toxiques, particulièrement quand l’herbe vient à manquer. Mais l’automne est surtout la saison des intoxications par les glands qui peut toucher dans un lot plusieurs animaux particulièrement addicts. Et c’est de préférence à l’automne que se manifeste aussi la redoutable salmonellose une fois les animaux rentrés en bâtiment.

Êtes-vous si sûrs de la responsabilité des strongles ?

Et les parasites ? Oui, il faut bien sûr s’en méfier. Et particulièrement des strongles digestifs chez des animaux qui n’ont pas encore réalisé 8 à 10 mois de contact effectif mais ils ne sont pas toujours seuls à la manœuvre. Les jeunes animaux peuvent être victimes de la migration de très nombreuses larves de paramphistomes au cours d’une infestation d’automne massive, et avec une diarrhée qui se manifeste parfois après qu’ils aient été rentrés. Ces parasites peuvent être épaulés par les coccidies sur de jeunes animaux nés dehors et stressés par la rentrée en bâtiment. Dans ce cas quelques dizaines de milliers d’oocystes seront visibles au microscope dans un seul gramme de bouse. Il en va tout autrement pour la migration larvaire des paramphistomes qui ne peut être objectivée que par l’autopsie. Ou pour les strongles : le dosage du pepsinogène sanguin permettra de révéler la présence dans la caillette de très nombreuses larves qui en automne rentrent en dormance. Vous voyez bien qu’avant de sortir le vermifuge, votre véto va devoir mener l’enquête !

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière