Aller au contenu principal

INITIATIVE
Développer un fromage local grâce à un partenariat entre lycées

Dans le Puy-de-Dôme, le lycée agricole de Rochefort Montagne et le lycée hôtelier de Chamalières ont uni leurs efforts au service de la promotion d'un fromage fermier local. Une initiative originale qui participe à la dynamique territoriale.

Curieux et motivés, les élèves du lycée agricole ont pu découvrir in situ les recettes goûteuses 
à base de Fourme concoctées au lycée hôtelier.
Curieux et motivés, les élèves du lycée agricole ont pu découvrir in situ les recettes goûteuses
à base de Fourme concoctées au lycée hôtelier.
© DR

Et si l'élevage et la gastronomie se mettaient au service d'un fromage de terroir ? C'est toute l'idée du partenariat qui a réuni le lycée agricole de Rochefort Montagne et le lycée hôtelier de Chamalières autour d'un fil rouge commun : la Fourme fermière de Rochefort. La ferme biologique du lycée agricole produit ce fromage et vient d'adhérer à la nouvelle coopérative d'affinage et de commercialisation « La Fourmontoise » qui produit une centaine de tonnes par an. « Cette initiative est née d'une volonté de promouvoir un produit fermier méconnu et de rapprocher consommateurs et producteurs », explique Franck Bousquet, directeur du lycée agricole de Rochefort Montagne, qui a répondu à l'appel à projet lancé par la Draaf Auvergne dans le cadre du programme national pour l'alimentation. « Il s'agit de sensibiliser nos élèves, producteurs de demain, à leur rôle fondamental dans la gastronomie en tant que fournisseurs de matières premières de qualité, poursuit-il. Et du côté des cuisiniers de demain, ils se doivent d'assurer leur rôle d'éducation alimentaire du consommateur. Comment imaginer que des professionnels de la restauration méconnaissent un produit qu'ils cuisinent ou servent en salle ? »

 

Donner du sens à la notion de produit de terroir

 

C'est dans cet esprit que les classes de 1re de Bac Pro agricole et de Sciences et technologies de l'agronomie et du vivant ont accueilli leurs camarades de seconde professionnelle Hôtellerie-restauration sur la ferme du lycée de Rochefort l'hiver dernier. « Ces derniers ont posé de nombreuses questions lors de la visite de la ferme et de la cave. Pour la plupart, ils n'avaient aucune idée de ce qu'est une vache en arrivant ici », mentionne Christine Pélissier, directrice du lycée hôtelier. Toutes les étapes de fabrication de la Fourme leur ont été présentées à travers divers ateliers animés par les élèves. Un bon moyen de leur faire découvrir l'histoire et les caractéristiques de ce fromage mais aussi de palper la réalité du métier d'éleveur.
Quelques semaines plus tard, c'était au tour des élèves de Rochefort d'investir les cuisines du lycée de Chamalières pour une séance de pratique culinaire. « Le milieu de la restauration leur était complètement inconnu. Ils ont pu apprécier grandeur nature comment la Fourme pouvait être valorisée sur les tables gastronomiques à travers les recettes surprenantes concoctées par le lycée hôtelier. » Une expérience riche à travers laquelle les élèves des deux établissements ont pu prendre conscience du chemin entre le champ et l'assiette.
« Nous sommes satisfaits de voir que le lycée de Rochefort participe à la production de la Fourme fermière et qu'il s'implique aussi dans sa promotion, souligne Gilles Dechambre, directeur de la coopérative d'affinage. Ce projet a du sens pour le territoire ! » Et, au-delà de son intérêt pédagogique, il contribue aussi à nourrir la réflexion quant à la recherche de valeur ajoutée sur les exploitations de moyenne montagne.

Créer des passerelles entre producteurs et consommateurs

Le projet a donné lieu à l'édition de sets de table et de fiches recettes pour communiquer sur la Fourme fermière auprès du grand public. « Il faut continuer à créer du lien entre producteurs et consommateurs à la fois pour faire connaître nos produits et en finir avec l'image figée de l'élevage », estime Franck Bousquet. Le bilan positif encourage les deux établissements à poursuivre le partenariat initié. D'autres échanges devraient s'organiser en 2014.

Les plus lus

éleveurs  avec leur troupeau au pâturage
« Nous dégageons 74 000 € de revenu disponible à deux en bio avec 36 vaches laitières »
Au Gaec du Bourguet, dans l’Aveyron, Camille et Lénaïc Vabre ont fait le pari osé de s’installer à deux sur une petite structure…
Anne et Jean-Marc Le Vourc’h, éleveurs
« En produisant moins de lait, nous avons amélioré notre marge brute de 100 €/1 000 l en un an »
Dans le Finistère, depuis qu’ils ont désintensifié leur système, Anne et Jean-Marc le Vourc’h ont amélioré tous les indicateurs…
Sylvain Tola, éleveur dans la Loire, et ses vaches montbéliardes au pâturage en mars
Prairie : « Dans la Loire, mes 65 vaches pâturent tout l’été sur 22 hectares »

Le dactyle, la luzerne, le lotier et six autres espèces composent les prairies des vaches laitières de Sylvain Tola, dans la…

Guillaume Dousset, éleveur à Frossay en Loire-Atlantique
« Nos bœufs prim’Holstein croisés hereford sont finis un an avant nos autres bœufs »

En Loire-Atlantique, les parcelles de marais de Guillaume et Maxime Dousset sont valorisées avec des bœufs croisés prim’…

Soins vétérinaires : « Nous avons opté pour un forfait de 37 euros par vêlage pour le suivi de nos vaches »

Certains éleveurs contractualisent les soins de leur troupeau avec leur vétérinaire. Le forfait permet un suivi régulier des…

Franck Bonraisin, associé du Gaec La Morice
« Nous avons gagné 10 €/1 000 l grâce à une vraie stratégie de renouvellement »

Depuis deux ans, le Gaec La Morice utilise le génotypage et la semence sexée pour limiter le nombre de génisses de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière